Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

         16225.jpg

Autopsie d'un cadavre alter-capitaliste :

Le marxisme traditionnel

« La ‘‘critique de l’économie politique ’’ de Marx n’est pas seulement une critique des doctrines économiques bourgeoises, mais constitue également une critique de l’existence de l’‘‘économie’’ en tant que telle. Nulle part chez Marx le mot ‘‘économie’’ ne revêt une signification positive, nulle part il qualifie sa théorie de ‘‘doctrine économique’’ ou de quelque chose de ce genre »

Anselm Jappe, Les Aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Denoël, 2003, p. 213.

***

« La vision tronquée que le marxisme traditionnel avait de ce contexte systémique [propre au capitalisme] consistait en ce qu’il critiquait la ‘‘survaleur’’ dans un sens purement superficiel et sociologique, à savoir au sens de son ‘‘appropriation’’ par la ‘‘classe capitaliste’’. Ce n’était pas la forme de la valeur fonctionnant en boucle et de façon fétichiste qui était dénoncée comme scandaleuse, mais uniquement sa ‘‘distribution inégale’’. C’est précisément pour cela qu’aux yeux des représentants de la ‘‘ critique fondamentale de la valeur ’’ ce ‘‘ marxisme du travail ’’ est resté prisonnier de l’idéologie d’une simple ‘‘ justice redistributrice ’’. C’est dans le caractère absurde de la fin en soi de la forme-marchande et de la forme-argent totalitaires que réside le problème, tandis que la ‘‘ distribution équitable ’’ à l’intérieur de cette forme reste assujettie aux lois du système et par là aux restrictions imposées par le système, constituant ainsi une simple illusion. Une simple redistribution à l’intérieur de la forme-marchandise, de la forme-valeur et de la forme-argent, quel qu’en soit le mode d’application, ne peut éviter ni les crises ni en finir avec la misère globale engendrée par le capitalisme ; le problème central n’est pas l’appropriation de la richesse abstraite sous la forme inabolie de l’argent, mais cette forme même. Ainsi, le vieux mouvement ouvrier avec sa ‘‘ critique ’’ tronquée du capitalisme formulée dans les catégories inabolies du capitalisme pouvait seulement obtenir – et encore de façon passagère – des améliorations et des allègements immanents au système. Aujourd’hui, dans la crise que vit le système marchand, ceux-ci sont mis en pièces les uns après les autres. Au cours de ce processus, le marxisme traditionnel et plus généralement la gauche politique ont repris à leur compte toutes les catégories fondamentales de la socialisation capitaliste, notamment le ‘‘ travail abstrait ’’, la valeur en tant que principe général prétendument transhistorique et, en conséquence, également la forme-marchandise et la forme-argent en tant que formes générales de rapport social, tout comme le marché universel anonyme en tant que sphère de la médiation sociale fétichiste, etc. Quant à la misère et l’aliénation qui vont de pair avec ce contexte systémique catégoriel, elles devaient être corrigées au moyen d’interventions politiques externes. Cette illusion ne cesse d’être réchauffée encore aujourd’hui et toujours d’une façon délayée à la sauce keynésienne (de gauche). »

Roswitha Scholz, « Le sexe du capitalisme », [traduit de l'édition allemande], p. 92-93.

 ***

« La catégorie marxienne de capital ne peut pas être comprise en termes seulement ‘‘matériels’’ – c’est-à-dire en termes de ‘‘facteurs de production’’ contrôlés par les capitalistes -, ni pleinement saisie en termes de rapport social entre la classe capitaliste et la classe ouvrière structuré par la propriété privée des moyens de production et médiatisé par le marché »

Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale. Une réinterprétation de la théorie critique de Marx, Mille et une nuits, 2009, p. 511.

***

« les marxistes n’entendaient pas la transformation du travail en valeur en tant que rapport fondamental du capitalisme, mais le rapport entre capital et travail. Ce dernier rapport appartient en vérité, en tant que catégorie de la distribution de la valeur, à la circulation. Si la valeur, la marchandise et l’argent représentent des facteurs éternels de toute production, alors ce qui caractérise le capitalisme est seulement la propriété privée des moyens de production et l’existence du marché »

Anselm Jappe, Les Aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, ibid., p. 102. 

*** 

« L'expression “ marxisme traditionnel ” ne se rapporte pas à quelque tendance historique spécifique au sein du marxisme mais, de façon générale, à toutes les approches théoriques qui analysent le capitalisme du point de vue du travail et définissent cette société d'abord en termes de rapports de classes structurés par la propriété privée des moyens de production et d'économie régulée par le marché. Les rapports de domination y sont compris principalement en termes de domination et d'exploitation de classe. Comme on sait, Marx affirme qu'au cours du développement capitaliste il surgit une tension structurelle (ou contradiction) entre les rapports sociaux capitalistes et les “ forces productives ”. Cette contradiction est généralement interprétée en termes d'opposition entre, d'un côté, la propriété privée et le marché et, de l'autre, le mode de production industriel, opposition où la propriété privée et le marché sont considérés comme la marque du capitalisme, et la production industrielle comme la base de la société socialiste future. Le socialisme est implicitement compris en termes de propriété collective des moyens de production et de planification économique dans un contexte industrialisé. C'est‑à‑dire que la négation historique du capitalisme est principalement vue comme une société où sont dépassées la domination et l'exploitation d'une classe par une autre. »

Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale, ibid., p. 21.

***

« Tout comme les vendeurs de leur force de travail réclament des hausses de salaire et de meilleures conditions de travail, le capital s'empresse en permanence d'augmenter la survaleur. C'est le coeur du conflit entre travail et capital, qui ne représente donc aucune contradiction antagoniste, comme le marxisme traditionnel l'a toujours prétendu, mais plutôt des intérêts contraires - certes tranchés et inconciliables - internes à la forme capitaliste »  

 Ernst Lohoff et Norbert Trenkle, La Grande dévalorisation. Pourquoi la spéculation et la dette de l'Etat ne sont pas les causes de la crise, Post-éditions, 2014, p. 44.

***

« Marx exotérique et Marx ésotérique : par ces deux appellations postulant l'idée d'un double Marx, on peut distinguer deux lignes argumentatives différentes (mais toujours très imbriquées) de l'œuvre de Karl Marx, l'une étant celle traditionnellement admise (exotérique), qui défend le point de vue du travail et dont l'objet d'étude est surtout la lutte des classes. Elle pense le capitalisme en termes de rapports de classes enracinés dans des rapports de propriété et médiatisés par le marché. Cette argumentation traditionnelle issue de Marx et que reprendra le marxisme traditionnel, se focalise sur le mode de distribution, espérant un mode de distribution régulé de manière juste et consciente et de manière adéquat à la production industrielle. Le socialisme est ainsi défini comme la société caractérisée par la propriété collective des moyens de production et par la planification centralisée ou autogérée dans un contexte industrialisé. Cette approche, soutient la critique allemande de la « dissociation-valeur », ne peut plus servir de base à une théorie critique émancipatrice au XXIème siècle. L'autre ligne argumentative que l’on retrouve chez Marx est bien moins connue et plus difficile à saisir (on l’appellera donc « ésotérique »). Cette ligne prend pour objet le noyau des rapports sociaux, de la domination et de la dynamique historique du capitalisme. Un point important de cette ligne, est de comprendre les catégories de la critique du Marx de la maturité comme historiquement spécifiques à la seule société moderne (ou capitaliste). Ici toutes les formes/notions qui sont transhistoricisées dans le marxisme traditionnel (le travail qui est confondu avec le métabolisme avec la nature ; la valeur qui est considérée comme une forme transhistorique de richesse sociale comme dans l'idiote théorie de la valeur-travail de David Ricardo ; la forme monnaie dans les sociétés non capitalistes qui cristalliserait du travail abstrait selon toujours le marxisme traditionnel, etc.) doivent être historiquement relativisées, on ne peut les appliquer à d’autres sociétés. Au travers de cette « critique catégorielle » qui est le propre du Marx ésotérique, la critique se fait dès lors non plus cette fois du point de vue du travail, mais plutôt de la possibilité de son abolition. Le Marx ésotérique est alors celui qui critique aussi bien le mode de distribution que le mode de production capitaliste en partant de l'analyse des formes/catégories historiquement déterminées que sont  la marchandise, le travail, la valeur, le capital, l'argent, et bien sûr l'Etat. Et va même au-delà en critiquant le capitalisme comme non seulement un mode de production particulier (la production de survaleur au travers de l'exploitation du surtravail), mais une forme de vie sociale spécifique : la vie moderne où pour la première fois de son histoire, les individus sociaux se rapportent les uns aux autres structurellement au travers des formes travail, valeur, marchandise, argent et de la médiation que la dynamique de ces formes constitue au travers de l’exploitation de la survaleur. Une forme de vie déterminée par des médiations sociales fétichistes dont le mouvement sous forme de choses détermine réellement la société du capital dont nous ne sommes plus que les supports et les appendices qui ne cessons de reproduire quotidiennement cette société moderne. Le rapport-capital n’est en rien « automatique » puisque nous en sommes à chaque instant à l’origine, elle est plutôt comme le dira Marx, un « automate » qui se meut seulement et continuellement à travers nous, et plus précisément au travers de ses classes sociales, de sa technologie de production (l'industrie et l'automation) et de sa spatialisation si particulière. Cette forme de vie sociale inédite, constitue nécessairement au cours de la métamorphose des différentes formes phénoménales de la « substance en procès » comme dit Marx, des classes sociales intra-capitalistes qui en sont les incarnations sociologiques en tant que supports et appendices du procès fétichiste de la valorisation. Nous avons alors une classe profitante que l'on peut aussi appeler une « élite de fonction » (la bourgeoisie capitaliste), une autre classe dont on exploite le surtravail et qui n’en profite pas (sauf dans le boom d'accumulation fordiste après la Seconde guerre mondiale), c'est-à-dire le prolétariat, etc. Et leur lutte constitue la grande forme d’antagonisme interne à cette forme métamorphique qu’est le rapport-capital et qui n'existe que par et pour la survaleur. A l'heure de la troisième révolution industrielle (celle de la micro-électronique à partir de la fin des années 70), les processus innovants dans la production sont plus importants que les nouveaux produits innovants, cette dynamique folle du capital qui l'oblige à remplacer massivement le travail vivant par les machines voit toutes ces contre-tendances se volatiser, entraînant une baisse de la masse de la valeur au niveau de la totalité sociale : le capital vient à heurter sa propre borne interne et commence la crise de la valorisation qui constitue le soubassement de toutes les crises économiques et financières depuis les années 70. A côté d'une toujours plus grande armée de "rebus humains" superflue pour le capital, c'est une armée des travailleurs du capital de plus en plus réduite qui a désormais le morbide "privilège" de pouvoir encore être exploité jusqu'à la moelle. Pour se survivre, le capitalisme a du également se transformer en un "capitalisme inversé" (Lohoff et Trenkle dans leur ouvrage "La Grande dévalorisation"), en mettant sens dessus dessous le rapport qu'entretenaient le capital fictif et le capital en fonction dans le capitalisme classique. L'industrie financière est désormais la principale industrie de base du capitalisme inversé, mettant sous perfusion pour quelques décennies encore un capitalisme moribond. Cette forme de vie capitaliste constitue également une totalité brisée où tout ce qui ne rentre pas dans la folie de la valorisation assignée à la "masculinité", est dissocié comme sa part d'ombre ou son "contraire immanent" (R. Scholz), comme "féminité". Si le cœur de la critique de la société par le Marx ésotérique peut être alors désigné par la « critique de la valeur » - il faudrait davantage parler de « critique du fétichisme de la valeur » -, la critique de la valeur ne suffit pas et se transforme dès 1992 en une critique de la dissociation-valeur notamment chez des auteurs comme R. Scholz, R. Kurz, A. Jappe, etc., autour notamment de la revue allemande "Exit !" à partir de 2004 suite à la scission avec "Krisis" »

Clément Homs (site Palim Psao, 2014) 

***

« La social-démocratie occidentale saturée par ses multiples participations à l’administration capitaliste des hommes et épouvantée par les brutalités de la dictature marxiste de développement des pays de la périphérie, se débarrasse peu à peu de son marxisme et se mue, après la Seconde Guerre mondiale, sur le plan de sa légitimité et de son programme, en une languissante théorie keynésienne d’Etat social, sans lutte de classes ni discours révolutionnaire : le Marx exotérique est devenu en quelque sorte la propriété exclusive des retardataires de l’histoire »

Robert Kurz, Lire Marx, La balustrade, 2013, p. 30.

 ***

« Quant à l’Occident, la plupart des partis socialistes et communistes y réduisaient ce modèle [propre à l’aile radicale du marxisme de la modernisation de rattrapage : dictature du prolétariat sous la forme de la reproduction capitaliste d’Etat, la nationalisation des catégories capitalistes] à un programme de nationalisation des banques et des industries clés. L’orientation étatique n’avait plus qu’un vague lien avec le paradigme usé de la classe ouvrière. Au lieu de cela, ce fut le concept de nation qui fut placé au centre, tandis que la question sociale était transformée en question nationale. Face à la ‘‘ socialisation-monde ’’ négative du capital, ce ‘‘ socialisme aux couleurs de la nation ’’ avait un caractère quasi réactionnaire. Il appartenait déjà à l’histoire de la décomposition du marxisme traditionnel »

Robert Kurz, Vies et mort du capitalisme. Chroniques de la crise, Lignes, 2011, p. 152.

Bibliographie (en Français) pour aller plus loin : 

- Anselm Jappe, Les Aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Denoël, 2003

 - Ernst Lohoff et Norbert Trenkle, La Grande dévalorisation. Pourquoi la spéculation et la dette de l'Etat ne sont pas les causes de la crise, Post-éditions, 2014.

- Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale. Une réinterprétation de la théorie critique de Marx (TTDS), Mille et une nuits, 2009

- Notes de lecture sur le 1er chapitre de TTDS : une critique du marxisme traditionnel

- Notes de lecture sur le 2ème chapitre de TTDS : les présupposés du marxisme traditionnel

 

Tag(s) : #Critique de l'anticapitalisme tronqué de la gauche