Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

france24.jpg

 

Article paru dans Neues Deutschland du 9 janvier 2012

Robert Kurz

Euthanasie économique

 

Selon l’idéologie des manuels d’économie l’argent est un moyen sophistiqué destiné à fournir à la société, de façon optimale, biens matériels et services sociaux. C’est pour cela que, au sens économique proprement dit, il serait insignifiant et ne formerait qu’un simple « voile » au-dessus de la production et de la distribution réelles. Marx, en revanche, a démontré que l’argent, en tant que médium de la valorisation du capital, est une fin en soi fétichiste qui a asservi la satisfaction des besoins matériels. Des biens réels ne sont produits que lorsqu’ils servent cette fin en soi qu’est l’augmentation de l’argent, dans le cas contraire leur production est abandonnée, même si elle est techniquement possible et qu’ils répondent à une demande sociale. Cela est particulièrement évident dans des domaines tels que la prévoyance vieillesse et la santé publique. Ceux-ci ne soutiennent pas la valorisation du capital, mais doivent être financés par les salaires et les bénéfices qui en proviennent. D’un point de vue purement matériel il y aurait assez de ressources pour assurer vivres et soins médicaux à toute la population, même avec un nombre grandissant de personnes non-actives. Or, sous le diktat du fétiche-argent cette possibilité matérielle devient « infinançable ».

 

L’assurance vieillesse et l’assurance maladie sont indirectement soumises au diktat abstrait de la valorisation. Avec l’aggravation des conditions de financement, elles se voient « économisées ». Cela signifie que, pour pouvoir profiter des flux monétaires, elles doivent agir selon les critères de l’économie d’entreprise. Ainsi, même le diagnostic médical se transforme en marchandise soumise à la pression concurrentielle. L’objectif n’est plus, alors, la santé et le bien-être de tous, mais d’une part le « dopage » à la performance et, de l’autre, la gestion des maladies. L’Homme idéal, au sens des institutions dominantes, serait donc l’individu qui, à son poste de travail, se comporterait en sportif de haut niveau (pour augmenter le PIB) ; celui que l’on pourrait définir en même temps comme chroniquement malade (pour pouvoir remplir les caisses du système de santé) ; et qui, au moment même où il part à la retraite, casse sa pipe de plein gré (pour ne pas être un fardeau pour le capitalisme).

 

Ce joli calcul, c’est la médecine elle-même qui l’a mis en échec. Ses succès matériels ont été tels que de plus en plus d’êtres humains vivent bien au-delà de leur vie active. C’est là une preuve particulièrement éloquente que le développement des forces productives imposé par la concurrence est devenu incompatible avec la logique capitaliste.  La « contrainte muette des rapports économiques » (Marx) engendre donc une tendance à réduire à néant, d’une façon ou d’une autre, les acquis matériels de la médecine. Quant à la production d’une pauvreté artificielle, elle a des effets préventifs. Ainsi, en Allemagne, l’espérance de vie des personnes à bas revenus est passée, depuis 2001, de 77,5 à 75,5 ans. Qui, malgré un plein temps avec pression au rendement, ne gagne même pas assez pour le minimum vital, est tellement lessivé, une fois atteint la vieillesse, qu’il ne peut même plus profiter des possibilités offertes par la médecine. Et même les soins de santé sont de plus en plus revus à la baisse, en fonction de la solvabilité. Ainsi les hôpitaux grecs, de facto en faillite, sont confrontés au refus des grands groupes pharmaceutiques de leur fournir les médicaments contre le cancer, le SIDA et l’hépatite.  L’approvisionnement en insuline a également été arrêté. Il ne s’agit là nullement d’un cas particulier, mais de la vision de l’avenir. Au moins aux malades pauvres et « superflus », inutilisables par le capitalisme, on fera comprendre avec toute la compétence requise, ce que, jadis, le roi de Prusse, Frédéric II cria à ses soldats fuyant le champ de bataille : « Chiens, espériez-vous donc de vivre toujours? »

 

R. Kurz

9 janvier 2012

 

Bibliographie :

 

Kurz vies et mort du capitalisme

 

Du même auteur sur le thème des chroniques au quotidien de la crise du capitalisme :

- Le capitalisme ne se répète pas (12 décembre 2011)

- Course à la dévaluation (14 novembre 2011)

- Fin du boom des matières premières (17 octobre 2011).

- Dopage de l'économie (19 septembre 2011)

- Fin du conte de fées pour l'industrie automobile (22 août 2011)

- Des dépotoirs pour les créances pourries (25 juillet 2011)

- Le capital face à sa dynamique historique (24 avril 2009)

- Le dernier stade du capitalisme d'Etat (28 septembre 2008)

- Le dernier avatar de la classe moyenne. De la petite bourgeoisie au capital humain universel (2004).

D'autres auteurs sur des chroniques au quotidien de la crise du capitalisme :

- Anselm Jappe, L'argent est-il devenu obsolète ? (31 octobre 2011)

- Ernst Lohoff, Il y a le feu chez les pompiers (10 août 2011)

Pour des textes plus détaillés sur l'explication profonde de la crise généralisée de la société capitaliste (théorie de la limite interne absolue, théorie propre à la mouvance allemande), voir ici.



Tag(s) : #Chroniques de la crise au quotidien