Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Association contre le nucléaire et son monde, Histoire lacunaire de l’opposition à l’énergie nucléaire en France , Editions de La Lenteur, 2007. 

-
Après le n°7 de la revue Notes et Morceaux Choisis, voici le deuxième livre des jeunes éditions de La Lenteur qui est fraîchement sorti de l’imprimerie. L’opposition au nucléaire à partir des années 1970, a certainement permis d’identifier et de départager au mieux parmi les innombrables écologistes, ceux qui allaient finir par verser dans l’écologie politicienne, citoyenniste et courber l’échine devant l’Etat, sa police et sa démocratie-des-bouches-cousues ; et ceux qui étaient bel et bien décidés à bavés dans cette soupe là. La mouvance des « autonomes » avec l’usage de la violence délibérée comme outil politique, faisait dorénavant parti du paysage et de la contestation sans concession du ravage de la Terre et de son nucléaire. Les écologistes non-violents qui donneront lieu à la fondation du magazine S !lence (on se couche !) (avec le maître de sagesse Michel Bernard, un pro-NégaWatt et pro-éoliennes industrielles, qui n’a toujours pas appris à lire), eux, comme Lanza del Vasto qui appelait devant les charges violentes de CRS à Malville, à être gentil et à se replier, n’en finissaient pas de ramper bientôt vers les urnes et les petits gestes-citoyens pour la planète. La peur de la violence des charges de CRS faisait en effet accepter à M. Del Vasto, la violence du pouvoir et du nucléaire (on verra notamment le témoignage d’un prêtre anarchiste contre l’attitude de Del Vasto à Malville, que Jacques Ellul a mis en annexe de son ouvrage, Anarchie et christianisme, La Table ronde, 1988, 1998). Cet ouvrage dresse donc l’histoire de ces luttes contre le nucléaire, qui fut par rapport aux autonomes, aussi celle des reculades formidables de l’écologie pitoyable, non-violente parce que déjà gestionnaire et simplement machinique (mais ils ne voulaient pas encore se l’avouer). Cette opposition au citoyennisme écologiste, refaisait encore surface lors des luttes contre les OGM à la fin des années 1990, dans l’opposition de l’enragé anti-industriel René Riesel, à la fausse conscience du citoyen José Bové (voir René Riesel, Déclarations sur l’agriculture transgénique et ceux qui prétendent s’y opposer, Encyclopédie des nuisances, 2000) ou encore dans la manifestation « Contre Minatec et son monde » en juin 2006 à Grenoble. Une recension de cet ouvrage sera faite sur decroissance.info ou sur 1.libertaire, dans les mois qui viennent. Au sommaire de l’ouvrage : Le Manifeste du 6 décembre 1975 ; Les mythes décisifs. Aux écoeurés de Malville ; Plogoff occupé ; Un récit de la lutte contre la centrale nucléaire de Chooz B ; Plateforme du comité des « Irradiés de tous les pays unissons-nous » ; Chronique de la résistance des populations opposées au projet de cimetière nucléaire souterrain en France ; Du mensonge radioactif et de ses préposés. Vous pouvez commander cet ouvrage chez votre libraire ou le commander directement aux éditions de La Lenteur, 127 rue Amelot, 75011 Paris ; le prix est de 15 euros franco de port. Bonne lecture !

Tag(s) : #Effondrement écologique et dynamique du capital

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :