Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

photo_inauguration_cap_entreprise__007083300_1534_-copie-1.jpg

Quand le travail nous dévore

*

Clément Homs

 

   Le bavardage continuel sur les « possibilités d'emploi » constitue les éléments de langage d'un jargon d'institutions publiques et de la communication des entreprises voulant s’implanter dans un nouveau « site ». De la même manière que Barak Obama ou le « grand emprunt » français misent sur les « gisements d’emplois » liés à une supposée « croissance verte », les écologistes usent de ce même registre en promettant que la croissance des énergies renouvelables et autres techniques environnementales, ramènera du bon travail à la société. Même les habitants de la presqu’île du Cotentin justifient de la sorte la présence du principal employeur de la région - l’ensemble industriel nucléaire d’AREVA la Hague qui crée plus de 8 000 emplois directs et indirects (soit 20 % du bassin d’emploi du Nord Cotentin) : peu importe les risques, tant qu'il y a du travail ! « On ne crache pas dans la soupe » autrement dit quand le sacro-saint travail vient tout va bien, peu importe le type d’usine, la marchandise fabriquée, les dégâts environnementaux, les risques de santé, les cadences suicidaires de travail ou la réputation de l’entreprise. Ainsi le capitalisme se justifie même par l’évidence de travailler, puisque « nous créons des emplois sur votre territoire ».

   L'économie-fétiche semble toujours n’avoir qu’un seul but : dispenser gracieusement de l’emploi à tout va. Et puisqu’il paraît naturel de travailler, l’économie, sa domination sur nos vies et ses contraintes apparaissent toutes autant naturelles et inintérrogées. Quand il s’agit de « créer des emplois », les subventions publiques en infrastructures ou en viabilisation des terrains pour sortir de terre des zones industrielles ou artisanales, coulent à flot. « Nous avons créé des centaines d’emplois » se justifie-t-on, le sacro-saint principe de « Sauver des emplois » apparaîssant comme le principal souci des communicants pour mieux faire passer une opération de licenciement maquillée en « plan social ». Même les « entreprises responsables » et l’« économie solidaire » ne semblent avoir pour seule finalité dans leur existence que de donner généreusement du travail en faisant croire que dans un tel monde l’on puisse placer l’homme avant l’argent.

   Peu importe de savoir quel est le type de travail que nous faisons chaque jour quand on imagine encore l’existence du travail comme le métabolisme naturel et suprahistorique entre l’homme et la nature. Mais là aussi, travail et argent sont-ils véritablement deux choses hétérogènes ? Car quel est le travail qui compte vraiment dans le capitalisme, c’est-à-dire un système de reproduction augmentée de la valeur au travers de l'exploitation du travail vivant ? Quel est alors ce travail qui compte quand une entreprise « nous donne du travail » pour créer de la valeur ?

LA DOUBLE NATURE DU TRAVAIL

    

   La valeur ne consiste pas dans le travail humain individuel. Ce n’est pas parce qu’on emploie le plus de monde possible, que l’on va créer plus de valeur. Ainsi la valeur des marchandises produites par les multinationales n’est pas liée à leurs effectifs. Une firme qui emploie 100 000 personnes sur la planète ne gagne pas forcément plus qu’une firme qui n’en emploiera que 10 000. De plus, la richesse sociale actuelle n’est pas le travail individuel en lui-même, comme on disait du meilleur artisan qui faisait du bon travail. Ce n’est pas parce que les travailleurs font du « bon boulot » que la valeur des produits sera d’autant plus élevée. Chacun voit bien dans son travail au quotidien que son entreprise est indifférente pour ce qui est de l’utilité réelle du bien fabriqué ou du service rendu, et que seul compte autre chose, le chiffre d’affaire de l’entreprise.

   Ce n’est donc pas cette dimension concrète du travail qui fait la valeur. Cette dimension compte peu, ou plutôt elle compte comme simple support concret nécessaire (mais non suffisant pour rester existant) d’une autre dimension qui la dépasse et qui compte elle véritablement. Bien sûr, le fait que la qualité et l’utilité réelle du bien ou du service fabriqués ne comptent que secondairement par rapport au chiffre d’affaire, cela nous pose souvent un problème moral personnel (et c’est une des causes de la souffrance au travail, car cela touche à notre implication subjective dans notre métier, et par là à notre dignité morale), surtout quand à la sortie du système éducatif on a eu parfois le « choix » d’une filière de travail, et qu’on a pris ce choix par « vocation », espérance, générosité, volonté d'aider, goût, intérêt intellectuel, etc. On sait pourtant qu’on fait mal notre boulot du point de vue de sa dimension concrète et que ce n’était pas cela qu’on avait imaginé au départ. Pourtant cette dimension concrète du travail qui compte encore aux yeux pour beaucoup d’entre nous, ne compte pas directement dans la création augmentée de valeur. C'est le fait de transformer 20 euros en 30 euros qui reste la seule finalité de la production de biens sous la forme de marchandises.

 

LA FONCTION SOCIALEMENT MEDIATISANTE DU TRAVAIL

 

Pour comprendre notre situation au travail, il faut voir que la valeur consiste plutôt dans une certaine manière d’exprimer le travail que dépense la société toute entière. La valeur qui s’attachera aux marchandises est donc l’expression d’une détermination complètement extérieure au travail individuel qui ne comptera plus que comme travail social et simple rouage de celui-ci. Le travail joue un rôle de médiatisation sociale entre les êtres dans une société capitaliste. Le travail est alors toujours d’un côté concret (il produit la valeur d’usage d’un bien), mais il possède désormais la fonction d’un moyen pour se rapporter aux autres : c’est par la dépense même du travail sous une forme objectivée que j’obtiens une somme d’argent qui me permettra d’acheter des marchandises que d’autres auront fabriqué pour ceux comme eux qui travaillent pour de l’argent afin d’acheter…, etc. Cette nouvelle dimension du travail socialement médiatisante est le principe de la « synthèse sociale » des individus dans les sociétés modernes capitalistes. Elle est au cœur, au noyau des sociétés modernes et du fonctionnement du capitalisme. On peut appeler cette nouvelle dimension que possède tout travail (celui du patron, du fonctionnaire, du salarié, de l’autoentrepreneur, de l'artisan, etc.) : le travail abstrait. Dans ce sens où cette dimension du travail, que l’on ne voit pas directement empiriquement (c’est donc une dimension invisible), est l'être réel historiquement spécifique de sa dimension concrète et individuelle.

 

DANS L'ENFER DE LA METAPHYSIQUE REELLE DU TRAVAIL ABSTRAIT

 

C’est alors que le travail individuel dans son existence et sa justification, est subordonné à son autre caractère qu’il possède simultanément, ce caractère d’être du travail abstrait ; le travail individuel n’existe donc qu’en tant que partie du travail abstrait total. Le travail concret individuel est comme possédé au sens physique et charnel par une invisibilité (une métaphysique) qui le structure et l’habite totalement et réellement (le travail abstrait), si bien que ce travail abstrait (au travers de sa détermination temporelle) s’oppose à l’individu au niveau le plus profond sous la forme d'une domination impersonnelle et hostile  (bien sur il y a aussi la domination de classe). L’individu ne compte plus que comme support, comme porteur, comme créature du travail abstrait, comme appendice de la machinerie du travail abstrait total, le renvoyant à la société de l’interdépendance généralisée. Et comme il est le seul à véritablement compter dans le processus de valorisation, ce travail abstrait exerce une forme de domination sur le travail concret, et même se l’incorpore totalement.

C’est le travail abstrait qui consomme l’homme qui n’est considéré que comme son support, son porteur, son appendice, sa chose dont le travail abstrait est le véritable sujet. Nous ne consommerons les marchandises qu'en tant que le travail nous aura déjà consommé. Car le travail nous consomme, nous n’en sommes qu’un maillon jeté (et jetable !) dans l’impuissance de cette condition inhumaine où seul compte le « sujet automate » (Marx) de la reproduction augmentée de la valeur au travers de l'exploitation du travail vivant. C’est elle le sujet, nous, nous en sommes les objets, les choses, les marchandises.

Formidable inversion, une inversion réelle qui n’a rien d’imaginaire, on le sait chacun dans sa chair lorsque nous le subissons. La valeur ne pourra jamais être mesurée empiriquement pour un individu donné, parce que le véritable travail que dépense le travail individuel, vient extérieurement au lieu physique de l’entreprise, à la tâche concrète et à la commande qu’il exécute, dont ils ne seront que les supports interchangeables à sa matérialisation dans la forme-argent. La richesse abstraite spécifique qu’est la valeur ne consiste que dans le travail abstrait incorporé dans les marchandises.

Voilà le seul travail quand il atteint le niveau moyen du standard de productivité sociale, qui intéresse vraiment une entreprise. Une entreprise ne « sauvera » alors des emplois que si les employés accepteront un tour de vis supplémentaire dans la rationalisation permettant d’atteindre le niveau de productivité moyen nécessaire à la survie de la seule finalité véritable de l’entreprise : faire de l’argent comme le poirier fait des poires. Transformer au travers de l'exploitation 30 euros en 40 euros. Pour suivre la concurrence voire pour avoir un avantage momentané sur ces rivaux, « on brise l’organisation du travail pour densifier sa productivité, ou alors on licencie » (sic). Le travail abstrait, comme forme de domination impersonnelle et de richesse sociale, est la seule chose qui doit être créée et sauvée si cela s’avère possible au regard du standard moyen de productivité et de rentabilité. Ce n’est pas du travail concret qu’un chômeur peut réclamer dans une société capitaliste, car seul le travail abstrait et sa mesure temporelle comptent et se subordonnent le reste.

    Le capitalisme n’est donc qu’une forme sociale d’organisation où le travail a une fonction socialement médiatisante. Expression du travail abstrait, la valeur est finalement un lien social abstrait et extériorisé aux individus. Elle consiste dans le travail abstrait qui n’est qu’une forme d’organisation sociale, qui apparaît quand le travail n’est plus seulement une activité concrète produisant une valeur d’usage, mais quand il est placé dans un rôle de médiation sociale entre les êtres. Le caractère abstrait du lien social, séparé des individus et de la vie, s’est partout fait réalité morbide, tautologique et cannibalistique. Ce qui existait autrefois dans les sociétés précapitalistes comme contrainte directe d’une domination, s'est aujourd'hui transformé radicalement en un système automate de mise sous tutelle indirecte, impersonnelle et générale dans lequel les personnes ne comptent finalement pour rien.

 

Clément Homs, 2009


Quelques textes de base sur la critique de la valeur :

Anselm Jappe,
Pourquoi critiquer radicalement le travail ?
Christian Höner, Qu'est-ce que la valeur ? De l'essence du capitalisme. Une introduction.
Discussion avec Anselm Jappe autour de " Les Aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur ".

Tag(s) : #Présentation de la critique de la valeur