Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kurz-vies-et-mort-du-capitalisme.jpgMi novembre 2011, un nouveau recueil de textes du théoricien allemand Robert Kurz paraîtra en France aux éditions Lignes. Principal théoricien de cette mouvance qui développe la théorie critique de la valeur, auteur d'un véritable best-seller en Allemagne, « Le Livre noir du capitalisme », il proposera ici sa propre analyse de la crise financière mondiale de 2008 et ce qui la sous-tend en profondeur dans la logique de base de la valeur. Depuis plus de vingt ans, Robert Kurz et le courant critique en Allemagne qu'il a initié développe une critique du capitalisme en affirmant qu'il a désormais atteint sa limite interne absolue avec la troisième révolution industrielle (la microélectronique) : une crise généralisée de la valeur.  C’est à cette limite que les divers épisodes de la crise doivent être rapportés pour devenir intelligibles.  Après avoir longtemps été considéré comme un analyste marginal au pessimisme inapproprié, les faits semblent lui donner raison, c'est tout au moins ce que pensent de plus en plus d'observateurs. La crise présente est-elle sans issue ?

 

Dans le cadre du prochain festival Citéphilo de Lille, il y aura une rencontre autour de l'ouvrage « Vies et mort du capitalisme. Chroniques de la crise (Lignes) en présence de l'auteur Robert Kurz, d' Igor Martinache, et présentée par Gérard Briche

 

 

Robert Kurz, philosophe, théoricien critique de la politique, fondateur du groupe Krisis et animateur de la revue Exit ! Il a également publié : « Avis aux naufragés. Chroniques du capitalisme mondialisé en crise » (Léo Scheer) ; (Collectif) « Manifeste contre le travail » (10/18) ; Critique de la démocratie balistique » (Mille et une nuits) ; « Lire Marx » (La balustrade, 2002)

  

 

Igor Martinache, agrégé de Sciences Economiques et Sociales, Ater au CERAPS de l'université de Lille 2

 

Gérard Briche, professeur de philosophie à l'ERSEP de Tourcoing.

 

Dans le cadre du festival citéphilo 2011, au forum de la fnac, le vendredi 25 novembre 2011 de 15h à 17h.

 

Du même auteur en Français (ses principales œuvres ne sont pas traduites en Français) :

 

-         Les Habits neufs de l’Empire. Remarques sur Negri, Hardt et Rufin, Lignes, Léo Scheer, 2003.

-         Avis aux naufragés, Lignes, 2005.

-         Critique de la démocratie balistique, Mille et une nuits, 2004.

-         Lire Marx, La balustrade, 2002.

  

 

Quelques textes de Robert Kurz sur ce site

 

- Crise et critique de la société du travail (extrait de " Lire Marx ")

- Ils ne le savent pas mais ils le font : le mode de production capitaliste est une fin en soi irrationnelle (extrait de " Lire Marx ")

Saignant et purulent par tous ses pores : le vilain capitalisme et sa barbarie. (extrait de " Lire Marx ")

- La véritable barrière du capital est le capital lui-même. Le mécanisme et la tendance historique des crises du capitalisme (extrait de " Lire Marx)

- Critique de la nation, de l'Etat, de la politique, du droit et de la démocatie (extrait de " Lire Marx ").

- L'honneur perdu du travail : le socialisme des producteurs comme impossibilité logique. (revue Conjonctures, 1997)

- La femme comme chienne de l'homme (sur Sade, le genre et le capitalisme)

 

- Métamorphose du système-monde et crise de la critique sociale (extraits de " Les Habits neufs de l'Empire. Remarques sur Negri, Hardt et Rufin, Lignes, 2003)

- Impérialisme de crise (2003)

- Même l'univers parallèle (internet) n'échappe pas à l'économie (2009).

- Le vilain spéculateur. (extrait de " Avis aux naufragés ", 2005)

- Non rentables, unissez-vous ! (2003)

- Populisme hystérique. Confusion des sentiments bourgeois et chasse aux boucs-émissaires (2001)

- Le dernier stade du capitalisme d'Etat (2008)

- Economie totalitaire et paranoïa de la terreur : sur le 11 septembre 2001.

 

  

 robert_kurz.jpg

 

 

 

 

Tag(s) : #Rencontres autour de la critique de la valeur