Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Automne/hiver 2009 

Lettre a-périodique d'information sur les parutions et rencontres autour de la critique de la forme sociale valeur et du fétichisme contemporain.

Télécharger la lettre pour l'imprimer : Voir le Fichier : Actualites_n1.doc  (fichier moins à jour que les informations ci-dessous)


« Il est parfois d’heureuses coïncidences dans l’édition, note Anselm Jappe. Ainsi, ce printemps, la collection Mille et une nuits (Fayard) a publié la traduction française de Temps, travail et domination sociale. Une réinterprétation de la théorie critique de Marx de Moishe Postone, publié aux États-Unis en 1993, tandis que les éditions Syllepse ont republié les Essais sur la théorie de la valeur de Marx d’Isaac I. Roubine, dont l’édition russe remonte à 1924 et l’édition française précédente (chez Maspero, et épuisée depuis très longtemps) à 1978. Ainsi, le public francophone a tout d’un coup à sa disposition deux des jalons les plus importants – on pourrait presque même dire le point de départ et le point d’arrivée provisoire – d’une relecture de Marx basée sur la critique du travail abstrait et du fétichisme de la marchandise » [1].



 

● Anselm Jappe, « Avec Marx, contre le travail », dans Revue internationale des Livres et des idées, n°13 septembre-octobre 2009. Cette revue au format journal est en vente en kiosque. Ce texte est une recension des livres majeurs de Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale. Une réinterprétation de la théorie critique de Marx, et d’Isaac I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx, deux piliers de la critique des catégories de socialisation de base au sein du capitalisme. Jappe revient sur l’essentiel des apports de ces auteurs et sur leurs différences avec l’ensemble des marxismes traditionnels. Comme dans Les Aventures de la marchandise, où Jappe reprochait formellement à Postone « qu’il identifie pourtant  avec une certaine désinvolture [sa propre critique des formes sociales du capitalisme] avec celle de Marx lui-même » (p. 132),  il écrit dans cet article : « On peut se demander pourquoi Postone veut absolument présenter son interprétation de Marx comme une restauration du ‘‘ vrai Marx ’’, plutôt que d’admettre l’ambiguïté du discours marxien originel ». Et Jappe préfère alors reprendre la distinction opérée par Robert Kurz à propos du « Marx Janus » : entre le « Marx exotérique » (celui du marxisme, théoricien de la modernisation) et le « Marx ésotérique », c’est-à-dire le Marx « de la partie de son œuvre – quantitativement assez réduite – où il analyse la valeur, le noyau presque invisible – surtout à son époque – du capitalisme » (Kurz). Il n’empêche, l’œuvre de Postone comme celle de Roubine, sont deux véritables monuments de la « nouvelle critique sociale », elles sont donc intéressantes en elles-mêmes.  

 

http://revuedeslivres.net/articles.php?idArt=401

 

 

 

● Isaak I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx, Syllepse, 2009.

 

Présentation de l’éditeur : « Écrit dans la Russie des années 1920, ce livre témoigne de la richesse des recherches marxistes qui se développent. Avec le Hongrois Georg Lukacs, l'Allemand Kart Korsch ou encore le juriste soviétique Evgeny B. Pasukanis, Isaak I. Roubine est un de ceux qui entendent réactiver la tradition critique du marxisme contre, notamment, sa version "scientiste" issue de la 2e Internationale. S'appuyant sur une connaissance encyclopédique de Marx, l'auteur met en évidence la nécessaire articulation entre la théorie du fétichisme de la marchandise, considérée comme la "théorie générale des rapports de production de l'économie marchande-capitaliste", et la théorie de la valeur. Cette réinsertion du "fétichisme" (considérée jusque-là comme une digression littéraire ou métaphysique) au coeur même de la théorie marxiste permet à Isaak I. Roubine de mettre au premier plan la structure des rapports de production et d'envisager de façon tout à fait nouvelle les rapports entre valeur et travail. L'ouvrage offre ainsi une analyse des concepts fondamentaux travail abstrait, travail qualifié, travail socialement nécessaire, travail productif. Isaak I. Roubine va disparaître dans les purges staliniennes et son livre ne sera plus réédité en URSS. À l'Ouest, il ne sera accessible qu'en 1972, aux États-Unis. C'est cette édition américaine qui sera utilisée pour une édition allemande puis française, en 1977, chez François Maspero. Dans sa préface, Antoine Artous, qui a notamment publié Le Fétichisme chez Marx (Syllepse, 2006), montre comment la "redécouverte" de ce livre s'est inscrite dans les débats des années 1960-1970 sur la théorie de la valeur, débats qui conservent toute leur actualité à notre époque où se combinent modernisation accélérée du procès de production et crise profonde du système capitaliste. »

 Voir le Fichier : Roubine.pdf  (Télécharger Essais sur la théorie de la valeur de Marx)

● Forum Transnational contre le fétichisme,
en janvier 2010 à Fortaleza, Ceará-Brésil. Voir le texte du groupe brésilien « Critica Radical » et de l’Institut de Philosophie de la praxis de Fortaleza, « Le capitalisme a échoué ! Mais quelle sera l’issue ? De ce système on ne sortira que consciemment » :
http://www.criticaradical.org/echec_capitalisme.htm

 

● Anselm Jappe, « Examen critique de l’ouvrage de Jean-Claude Michéa », dans le prochain numéro de la revue Illusio ; version nouvelle et augmentée de celle parue sur le site du journal permanent du MAUSS. http://revueillusio.free.fr/

 

● Anselm Jappe, a fait paraître un article « Le " côté obscur " de la valeur et le don » dans le n°35 de la revue du MAUSS, novembre 2009.

Un article de Moishe Postone, " Théorie critique et réflexivité historique " est publié dans le livre coordonné par Franck Fischbach, Marx, Relire Le Capital, PUF, octobre 2009. Présentation de l'ouvrage : " Disons aussitôt ce que ce livre ne fait pas : il na pas la naïveté de prétendre que « tout est dans Marx », que Marx avait raison seul avant tout le monde, que toutes les évolutions des sociétés capitalistes, y compris les phénomènes récents de financiarisation du capital, étaient déjà exactement décrites et en quelque sorte anticipées par Le Capital. Il ne prétend donc pas quil faut revenir purement et simplement à Marx et à la lettre du Capital. Au contraire, on montrera ici que Marx ne peut être actuel quà la condition quon actualise Le Capital, et même quon le corrige et le modifie sur certains points essentiels : dans un contexte de redécouverte du Capital, la tâche est dautant plus urgente et, si lon veut éviter de renouveler certaines erreurs passées, alors il faut cesser de considérer Le Capital comme un monument intouchable, et tenter au contraire de poursuivre une recherche que Marx na pas lui-même achevée, et de mener ainsi à son terme « la logique du Capital ». (Extrait de la présentation) ".

L'ouvrage de Moishe Postone, Viren Murthy, Yasuo Kobayashi, History and Heteronomy: Critical Essays (UTCP Booklet 12, 2009), publiant les contributions de Postone à des séminaires autour de sa pensée à l'Université de Tokyo, est disponible librement en téléchargement à cette adresse (quatre articles en anglais).
Les quatres contributions de Moishe Postone sont : Rethinking Marx's Critical Theory / Critical Theory and the Twentieth Century / The Subject and Social Theory: Marx and Lukács on Hegel / Theorizing the Contemporary World: Robert Brennet, Giovanni Arrighi, David Harvey. Tandis que Viren Murthy introduit l'ouvrage avec un texte " Reconfiguring Historical Time: Moishe Postone's Interpretation of Marx ".



Moishe Postone, auteur de Temps, travail et domination sociale. Une réinterprétation de la théorie critique de Marx, Mille et une nuits, 2009, viendra en France à Lille les 25 et 26 novembre prochains pour deux conférences publiques, lors de la 13ème semaine européenne « Cité Philo » et à l’Université Lille III. « Cité Philo » est un événement annuel organisé par l'association Philolille.

Gérard Briche, Domination de la marchandise dans les sociétés contemporaines, chez PireFiction. Illustration de première de couverture : David Gommez Estampe originale Format 12cm x 21cm. 48 pages. Reliure cousue. Livre imprimé en 50 exemplaires. Extraits : « La marchandise domine les sociétés contemporaines, mais qu'est-ce que la marchandise exactement ? C'est une chose banale, et en même temps tellement énigmatique, que Karl Marx, quand il a écrit le Capital, n'a pas cessé de reprendre la rédaction du chapitre sur la Marchandise. Le plus difficile, c'est de commencer, et sans doute était-ce particulièrement difficile de commencer par là. D'ailleurs, on a parfois donné le conseil aux lecteurs débutants de ne pas commencer par l'analyse de la marchandise et de n'y revenir qu'après avoir lu et compris ce qui concerne l'exploitation du travail prolétaire par la classe des capitalistes, etc. choses qui seraient plus faciles à comprendre. Et c'est vrai que dans la tradition marxiste, on parle plus aisément de la lutte des classes que du caractère énigmatique de la marchandise. Pourtant, il est nécessaire de commencer par elle (la marchandise). Parce qu'il est nécessaire de commencer par cet objet que chacun croit si bien connaître pour montrer que cet objet en fait, n'est pas ce qu'il prétend être. » 

http://lamaisonedition.blogspot.com/2008/12/pire-fiction.html



Le 6ème numéro de la revue allemande Exit. Crise et critique de la société de marchandises, paraît début octobre 2009.
Horlemann-Verlag • PF 1307 • 53583 Bad Honnef.
  13 euros.

 

 

http://www.exit-online.org/textanz1.php?tabelle=aktuelles&index=1&posnr=379

 

Sommaire :

 

● Editorial par Roswitha Scholz.

 

Claus Peter Ortlieb, « De la signification de la production de la plus-value relative dans la dynamique de la crise finale ».

 

La dernière crise du capital ? Une controverse · La productivité, valeur et thématique de la richesse · La production de la plus-value relative · La tendance du développement de la plus-value relative · La contrainte de la croissance, expansion historique du capital et les frontières thématiques · La contrainte de la croissance et la destruction de l'environnement · Le bilan

 

Roswitha Scholz, « Forme sociale et totalité concrète. Sur l'urgence d'un réalisme dialectique aujourd'hui »

 

Totalité concrète chez Georg Lukács · La totalité concrète chez Theodor W. Adorno · La totalité concrète chez Moishe Postone · La totalité concrète et la critique de la dissociation-valeur · Le fétiche et " Verdinglichungskritik " comme un faux caractère immédiat chez John Holloway · Le caractère immédiat anti-dialectique chez Hardt/Negri et Badiou · Le faux retour de la dialectique après sa fin prétendue · Le bilan : plaidoyer pour un réalisme dialectique aujourd'hui de l'autre côté des schématismes traditionnels.

 

Carsten Weber, « Entre le marteau et l'enclume ».

 

A l'origine du rapport fétichiste prémoderne · L'inégalité hiérarchique dans la famille · La digression I : l'exigence et l'éducation à l'obéissance sans condition comme la garantie de la permanence des conditions de domination sociales · Des transformations · La digression II : batailles d'émancipation des paysans dans la préépoque moderne · Résumé

 

Robert Kurz, « Les meurtriers d'enfant de Gaza : une opération " plomb arrosé " pour les coeurs sensibles »

 

Asymétrie morale et analyse historique · La violence affective de l'inconscient antijuif collectif · Le caractère double de l'Etat d'Israël · L'identification positive et négative d''Israël avec le capital mondial · Les demandes impossibles d'un caractère paradoxal réel · La raison d'Etat israélienne dans les guerres contre Hamas et Hesbollah · L'opinion mondiale anti-israëlite et la décomposition idéologique des gauches · la " Troisième position" qui n'est personne · La dette et l'expiation ou  la critique radicale procurée historiquement ? · Un coeur pour le régime de Scharia · Déterminisme de la conscience et du rôle de héros · Le conflit d'adjoint et la démoralisation de la critique de capitalisme · La matrice d'un nouvel antisémitisme · La gauche comme D. Jekyll et Monsieur Hyde

 

 

 

Gerd Bedszent , « Malthus vert 

 

Udo Winkel, « National-socialisme et guerre de destruction. Un aperçu littéraire »

 

Udo Winkel, « Discours de Marx dans la crise. Une petite excursion »

Extrait significatif de Moishe Postone :

« Interpréter l’analyse de Marx en tant que critique historiquement spécifique du travail sous le capitalisme renvoie à une compréhension du capitalisme radicalement différente de celle des interprétations marxistes traditionnelles. Une telle interprétation suggère par exemple que les rapports sociaux et les formes de domination qui caractérisent le capitalisme dans l’analyse de Marx, restent insuffisamment compris aussi longtemps qu’ils le sont en termes de rapport de classes enracinés dans des rapports de propriété et médiatisés par le marché. En fait, l’analyse marxienne de la marchandise et du capital – c’est-à-dire les formes quasi objectives de médiation sociale constituées par le travail sous le capitalisme – devrait être comprise comme une analyse des rapports sociaux fondamentaux de cette société. Ces formes sociales abstraites et impersonnelles ne voilent pas simplement ce que l’on considère traditionnellement comme les rapports sociaux ‘‘ réels ’’ du capitalisme, c’est-à-dire les rapports de classe ; elles sont les rapports réels du capitalisme qui structurent sa trajectoire dynamique et sa forme de production. Loin de considérer le travail comme le principe de constitution sociale et la source de richesse de toutes les sociétés, la théorie de Marx montre que ce qui caractérise le capitalisme, et lui seul, c’est que ses rapports sociaux de base sont constitués par le travail et sont donc en définitive d’un type fondamentalement différent de ceux qui caractérisent les sociétés non capitalistes. Quoique la critique marxienne du capitalisme contienne bien une critique de l’exploitation, de l’inégalité sociale et de la domination de classe, elle va au-delà : elle cherche à mettre en lumière la fabrique même des rapports sociaux dans la société moderne et la forme abstraite de domination sociale qui leur sont intrinsèques, et elle cherche à le faire à l’aide d’une théorie qui fonde la constitution de ces rapports sociaux et de cette domination sociale dans des formes structurées, dans des formes déterminées de pratique »

 

Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale. Une réinterprétation de la théorie critique de Marx, Mille et une nuits, 2009.





[1] Anselm Jappe, « Avec Marx, contre le travail », dans Revue internationale des Livres et des idées, n°13, septembre-octobre 2009, p. 4.

Tag(s) : #Parutions & Bibliographie