Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Invitation aux 3ème Rencontres d’été en Ariège près de Foix

Crise & Critique du capitalisme-patriarcat 

Conférence-débats - Causeries-Ateliers - Arts & concert

17 août – 23 août 2022

Critique du Capitalisme, de l’Etat, du Patriarcat, de l'Antisémitisme, du Racisme – Critique des technologies et de la société industrielle – Cinéma un art ignoré – Marx/Lacan – Luttes sociales & Révolution

Toute la présentation de la rencontre ainsi que les infos pratiques et le coupon de réservation se trouvent dans le document ci-dessous :

Objet : Organisation d’une rencontre par l’association Crise & Critique.

Présentation publique : Du 17 août au 23 août, se tiendront les rencontres « Crise & Critique du capitalisme-patriarcat » sur les thématiques d’une critique du capitalisme, du patriarcat, de la technoscience et de l’industrie,

Dates : Du 17 août au 23 août 2021.

Lieu : En Ariège dans le centre de vacances La Freychède, 09300 Montferrier, aux pieds du « château cathare » de Montségur, à vingt minutes de Foix (voir plan page 5). La gare-TER la plus proche se trouve à Lavelanet (pour les personnes qui arrivent en train sur Lavelanet nous pouvons ensuite venir vous chercher en voiture, ou pour le retour vous amener à Lavelanet). Ce centre comprend 58 lits et accueille habituellement des colonies de vacances. Pour celles et ceux qui le souhaitent il y a également la possibilité de mettre une tente sur le terrain avoisinant (nous contacter). Informations pratiques et photographies sur le centre : https://freychede.fr/

Repas : Ils seront gérés collectivement. Nous établirons à l’avance les menus pour l’ensemble des jours de la semaine, nous disposerons sur place d’une cuisine collective et nous invitons les participant.e.s à donner un coup de main pour la préparation des repas du midi et du soir.

Règlement : Le forfait journalier est de 20€ par adulte (ce qui comprend l’hébergement et la restauration : petit déjeuner, déjeuner et repas). Le forfait journalier est de 16€ euros pour les enfants/adolescents. Pour l’ensemble des journées de la rencontre (7 jours : hébergement-lit à l’intérieur+ repas), le règlement est de 140 euros par adulte. Pour les personnes en tente dans la partie camping du site, le forfait repas journalier par personne est de 16€ euros. Pour les locaux qui ont leur propre logement mais qui veulent prendre les repas sur le centre, c’est 8€ le repas.

Infos pratiques : Il est nécessaire d’apporter un sac de couchage.

Réservation : Le nombre de places étant limité, toute participation nécessite de réserver son séjour à l’avance en nous retournant le coupon de la page 2 et le règlement du séjour à l’adresse suivante (en cas d’annulation, l’association Crise & Critique vous remboursera le montant du séjour) :

Editions Crise et Critique

BP n°90054    81027 Albi cedex 9

Il est possible au choix de réserver sa participation sur l’ensemble des journées de la rencontre, ou en fonction des places disponibles pour certaines journées.

Contact organisation : criseetcritique@gmail.com

PROGRAMME

Le programme se compose de différents moments. Ce sont 5 journées composées généralement de trois moments de discussion, accompagnées en soirée pour celles et ceux qui le souhaitent d’une causerie, d’un moment musical ou d’une performance théâtrale. La matinée du dimanche comprendra également une promenade/pique-nique au château cathare de Puivert (ou à la cascade de Roquefort) près de Montferrier.

Nous proposons également pour celles et ceux qui veulent découvrir la critique de la valeur-dissociation, un atelier d’initiation et formation à partir de plusieurs entrées d’un lexique des termes les plus utilisés. Pendant la durée de la rencontre, nous accueillerons également une exposition de plusieurs gravures sur bois de Olivier Deprez, dont certaines figurent comme couvertures de plusieurs ouvrages des Editions Crise & Critique. 

Atelier Initiation & formation : Autour d’un lexique de la critique de la valeur-dissociation

Exposition permanente : Gravures de Olivier Deprez autour de l’adaptation du Château de Franz Kafka

Mercredi 17 août

Arrivée possible à partir de la matinée

Arrivée des bus à Lavelanet en fin d’après-midi

  • 18h 30 – AG de présentation de l’organisation collective en autogestion et de la constitution des équipes de préparation des repas, de la plonge et du nettoiement.

Journée : Capitalisme et technologies

Jeudi 18 août

Matinée :

  • Les ressorts de la rencontre entre capital et numérique – avec Éric Arrivé

Comment aborder le constat empirique d'un déploiement tous azimuts des techniques numériques dans les sociétés post-fordistes ? L'approche que j'adopte est sous-tendue par la catégorie de fétichisme, initialement forgée pour caractériser la production marchande (Marx), mais qui s'avère fructueuse pour envisager le numérique comme technique (particulièrement) adéquate à la phase actuelle du capitalisme, au-delà et en deçà des usages foisonnants qui en sont faits.

Après-midi :

    • Pour une critique des écrans, de leur consommation à leur production par les enfants eux-mêmes notamment en Afrique. Présentation de l’ouvrage On achève bien les enfants. Ecrans et barbarie numérique – avec Fabien Lebrun, son auteur)

Maintenant que certains dangers des écrans pour les enfants sont connus, d’autres restent encore à exposer. Aussi, est-il nécessaire d’élargir la critique de la consommation à une critique de la production pour saisir la destruction totale et inouïe des enfants par les écrans. Des enfants surexposés des pays riches aux enfants exploités et massacrés du reste du monde (spécialement au Congo), le désastre environnemental et humain est effarant, dont les GAFA et consorts ont une lourde responsabilité. Il est urgent de refuser collectivement les écrans du capitalisme afin de préserver l’enfance et les enfants.

Fin après-midi

  • Ateliers Initiation & formation : Autour d’un lexique de la critique de la valeur-dissociation (collectif).

Plusieurs groupes se retrouvent pour discuter de la lecture collective de certaines entrées du lexique afin de mieux appréhender les concepts clés utilisées par le courant de la critique de la valeur-dissociation

  • Débriefing de la journée

Soirée

    • Intervention de Anselm Jappe

Journée : La gauche, la pratique et la critique de la valeur-dissociation

Vendredi 19 août

Matinée 

    • Robert Kurz, la gauche et le problème de la relation entre théorie et pratique révolutionnaires Présentation de l’ouvrage de Robert Kurz, Gris est l’arbre de la vie, verte est la théorie. Le problème de la pratique comme éternelle critique tronquée du capitalisme et l’histoire des gauches ‒ avec Sandrine Aumercier, traductrice de l’ouvrage.

« Grise, mon ami, est toute théorie, vert est l’arbre d’or de la vie. » C’est en renversant cette célèbre formule du Faust de Goethe, que Robert Kurz vient redéfinir les termes d’une question classique ‒ « À quoi sert, en pratique, la théorie ? » ‒ et critiquer tant l’impatience activiste quant au devenir-pratique immédiat de la théorie, que la pseudo-activité dans laquelle s’enferme cette volonté d’agir. Mettant en évidence que la fausse unité de la théorie et de la pratique continue de se mouvoir dans l’enveloppe du patriarcat producteur de marchandises, l’auteur prend ainsi le contrepied du marxisme traditionnel qui a fait une lecture non critique de la onzième des Thèses sur Feuerbach selon laquelle « les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières, ce qui importe c’est de le transformer », alors que Marx ne considérait pas la « transformation du monde » comme s’il s’agissait d’un mode d’emploi à appliquer.

Après-midi

    • Redéfinir le communisme libertaire ? ‒ avec César, Patrick et Chan

Présentation à réaliser

Fin après-midi 

    • Assemblée générale association Crise & Critique

L’association présentera son bilan financier et moral, et abordera les prochains projets. Quels projets d’écriture, de traduction, de publication et de journal pour 2023-2024 ?

    • Debriefing de la journée

Soirée :

  • Représentation de Dans le désert l’espoir – Compagnie Nageurs de Nuit

Roxane Borgna s’inspire d’écrits philosophiques d’Edgar Morin, Simone Weil, Hannah Arendt, Benoît Bohy-Bunel et du collectif Crise et Critique. Sur scène, une petite « humanité » : un homme et une femme sur 3 générations, des corps et des voix pour réveiller, repenser des mots tels que « désolation », « lutte », « espoir ». Une « performance philosophique » pour redéfinir qui nous sommes, quel moment nous traversons et que pourraient être nos vies de demain. Vaste sujet, plein d’espoir ! Et qui nous concerne tous…

Journée : Contre l’antisémitisme et le racisme

Samedi 20 août

Matinée

    • La trajectoire de la question de l'antisémitisme chez deux héritiers de la théorie critique, Moishe Postone et Hans-Jürgen Krahl – avec Memphis Krickeberg

Les travaux de la première école de Francfort ont jeté les bases d'une analyse de l'antisémitisme comme un phénomène structurel de la société bourgeoise. L'attention portée à l'antisémitisme est cependant resté inégale dans les générations suivantes de l'École de Francfort et les différents courants critiques influencés par celle-ci. Chez les héritiers ayant conservé le noyau marxiste de la théorie critique contre le tournant libéral habermassien, on peut ainsi dégager deux trajectoires théoriques eu égard à l'antisémitisme. Nous proposons de saisir celle-ci à travers l'œuvre de deux théoriciens, Hans-Jürgen Krahl, élève d'Adorno et leader de la contestation étudiante en 1968, et Moishe Postone, historien et philosophe marxiste canadien dont les travaux sur l'antisémitisme exercèrent une grande influence dans la reconfiguration idéologique d'une partie de la gauche allemande à partir des années 1990.

Après-midi  

    • Travail, forme-sujet et dissociation raciale ‒ avec Samuel Lazaro

La critique de la forme-sujet formulée par Robert Kurz dans Raison Sanglante occasionne l’ouverture de nombreux débats nécessaires à la théorie critique. Au-delà du rapport-dissociation sexuel-patriarcal théorisé par Roswitha Scholz, il semble intéressant de réinterroger l’importance de la dissociation raciale à un niveau catégoriel. Si Scholz a, pour ce faire, engagé un dialogue critique avec différentes autrices féministes, une démarche similaire de communication théorique avec des auteurs décoloniaux nous paraît aujourd’hui s’imposer pour questionner la place qu’occupe la dissociation raciale dans la structuration de la forme-sujet. Comment cette dissociation s’est-elle socialement objectivée ? Quels liens entretient-elle avec le travail et la forme politico-juridique ? Est-elle déterminante à un niveau catégoriel en tant que présupposé de la forme sociale ? C’est à ces questions que nous tenterons ici d’apporter quelques éléments de réponse.

Fin après-midi 

    • Sur un art ignoré : le cinéma ‒ avec Mehdi Benallal

Le cinéma se tient à l’intersection de la plus grande abstraction (l’art) et de la plus grande réalité (l’enregistrement documentaire). Cette part documentaire est hélas souvent mise à mal par une trivialisation spectaculaire (effets techniques, théâtralité, maniérisme).Mais, bien comprise, elle permet dans les grands films de donner à voir (et entendre !) ce que recouvre généralement l’idéologie. Les grands cinéastes l’ont su, et c’est pourquoi leurs films ont accompagné la critique la plus radicale du capitalisme, aussi bien chez les précurseurs comme Griffith ou Chaplin, chez les classiques (Mizoguchi, John Ford) que chez les modernes (Godard, Straub & Huillet). Une brève histoire du cinéma accompagnée d’extraits peut rendre compte de cette lucidité, si les yeux et les oreilles veulent bien s’ouvrir à la réalité, qu’il s’agit de bien connaître si on veut la transformer.

Soirée-projection

    • « Une brève histoire du cinéma » : Extraits de films en relation avec l’intervention « Sur un art ignoré : le cinéma » ‒ avec Mehdi Benallal

Dimanche 21 août 

Matinée 

Balade/pique-nique au château de Puivert (ou cascade de Roquefort)

Après-midi

  • Du rôle de l’Etat dans la crise du capitalisme – Avec Matthieu Galtier, Clément Homs et Johannes Vogele

Une présentation et un développement autour de l’ouvrage de Robert Kurz, L’Etat n’est pas le sauveur suprême. Thèses pour une théorie critique de l’Etat. L’État, censé avoir été « désactivé » et amputé de ses fonctions à l’ère néolibérale, a réapparu pour ainsi dire du jour au lendemain comme « dernier recours », démiurge et deus ex machina. Tous les discours prématurés de fin d’alerte font référence au succès attendu des mesures de sauvetage de l’économie par l’État. Cette présentation s’attachera à décrire le passage de l’Etat fordien au « libéralisme autoritaire » de l’Etat schumpétérien comme administrateur du désastre.

Fin après-midi

    • Imaginer une société sans argent, sans État, sans domination et sans exploitation – avec Léon de Mattis, l’auteur de Utopie 2021, éditions Acratie.

Utopie 2021 a pour ambition de répondre à une question : est-il encore possible d’imaginer, de nos jours, un monde totalement différent du monde actuel ? Un monde qui ne soit pas dominé par le capitalisme, et dans lequel il n’y ait ni propriété, ni argent, ni classes sociales ? Utopie 2021 prend le contrepied de la tendance actuelle. Son objectif est de montrer qu’il est possible d’imaginer une société sans domination et sans exploitation, de se figurer la création d’un tel monde dans un moment révolutionnaire et de concevoir, à partir des luttes actuelles, le surgissement d’une telle révolution.

  • Débriefing de la journée

Soirée

    • Fetish-blues ‒ Concert chansons critiques avec Johannes Vogele

Lundi 22 août

Matinée

  • Conceptualisation et développements critiques à partir de la forme-sujet chez Robert Kurz – avec Ivan Recio

Le concept critique de forme-sujet chez Robert Kurz devient central dans ses écrits à partir de sa rupture avec Krisis et la publication de Raison sanglante. Ce concept permet de repenser de manière critique toute l'histoire moderne de la notion de sujet et d'en produire une critique radicale. Surtout, il demande de théoriser à nouveau toute la critique du capitalisme au-delà de la critique centrée sur le travail. La critique de la forme-sujet est à nouveau une critique de toutes les catégories du capitalisme, mais à un niveau plus profond et radical. Robert Kurz présente ainsi un nouveau point de départ pour la théorie critique de la valeur-dissociation et ouvre tout un champ pour différentes critiques. Nous voulons ici tenter de conceptualiser rigoureusement le concept de forme-sujet en partant des thèses de Robert Kurz et des contributions les plus récentes (Jappe, Aumercier, Bohy-Bunel, Lohoff). Cela d’abord pour clarifier les enjeux de cette refondation critique et présenter les directions qu’elle doit et peut prendre.

Après-midi 

    • Intervention de Hugues Poltier

Présentation à réaliser

Fin après-midi

  • Marx avec Lacan. Analyse critique de la critique lacanienne du capitalisme fondée sur la plus-value ‒ Avec Fernando Tapia Castillo
    • Debriefing de la journée

Soirée-causerie libre

Mardi 23 août

    • Les sens de la modernisation ‒ Avec Cassio Boechat, géographe brésilien, membre du groupe Critica do Valor de Sao Paulo (à confirmer)

Après-midi :

      • Rangement, nettoyage et départs.

Départ : 17h

 

Tag(s) : #Agenda