Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Conférence inédite de

Robert Kurz et Norbert Trenkle

6 février 2003

Haute Ecole des arts du Rhin - Strasbourg

(traduction française de la conférence par Gérard Briche)

Ecouter ici

Robert Kurz (1943-2012), a vécu à Nuremberg. Cet auteur indépendant qui est resté en dehors des universités et des autres institutions du savoir pour leur préférer un travail de prolétaire - à savoir en empaquetant de nuit les exemplaires du journal local -, est à l'origine du renouveau de la théorie critique en Allemagne, où il a co-animé les revues Krisis et Exit ! Crise mondiale et société marchande. En français, son oeuvre théorique composée d'une douzaine d'ouvrages reste encore indisponible, et seuls des recueils d'articles de presse qui figurent un commentaire continuel de l'approfondissement de la crise du capitalisme sont parus : Avis aux naufragés (Lignes, 2005), Critique de la démocratie balistique (Mille et une nuits, 2006), Vies et mort du capitalisme. Chroniques de la crise (Lignes, 2011) (voir également la page Wikipédia).  Ses livres les plus connus sont sa grande histoire du capitalisme Le livre noir du capitalisme (1999) qui fut en dépit de ses 850 pages un best-seller vendu à plus de 20 000 exemplaires en Allemagne, mais aussi La guerre pour l'ordre mondial (2003), Le Capital-monde (2005) et Argent sans valeur. Fondements pour une transformation de la critique de l'économie politique (2012). 

Norbert Trenkle, né en 1959, a grandi en Amérique latine et vit à Nuremberg. Auteur indépendant et rédacteur de la revue Krisis. Il est l'auteur de nombreux articles et co-auteur avec Robert Kurz et Ernst Lohoff du Manifeste contre le travail (Paris 2003 et 2005). Co-éditeur avec Robert Kurz et Ernst Lohoff de Feierabend. Elf Attacken gegen die Arbeit, Hambourg 1999. Co-auteur et co-éditeur de Dead men working – Gebrauchsanweisungen für Arbeits- und Sozialkritik in Zeiten kapitalistischen Amoklaufs, Münster 2004 (deuxième édition 2005). Co-auteur avec Ernst Lohoff de La Grande dévalorisation. Pourquoi la spéculation et la dette de l'Etat ne sont pas les causes de la crise (Post-éditions, 2014 ; c'est la traduction française de Entwertet, Münster 2010).

Partager cet article

Repost 0