Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous reprenons ci-dessous la traduction partielle effectuée par Bernard Umbrecht (et parue initialement ici) d'un article de Götz Eisenberg.  Tout ce qui est entre crochets est du traducteur. Eisenberg est l'auteur de différents essais remarqués en Allemagne, dont Amok. Les enfants du froid. Sur l'origine de la rage et de la haine (2000). Il vient de faire paraître dernièrement Zwischen Amok und Alzheimer. Zur Sozialpsychologie des entfesselten Kapitalismus (2015) et Zwischen Arbeitswut und Überfremdungsangst. Zur Sozialpsychologie des entfesselten Kapitalismus (2016). Il a également collaboré à la critique de la valeur en Allemagne, notamment dans le recueil Feierabend ! Elf Attacken gegen die Arbeit qui a fait suite au Manifeste contre le travail, au travers par exemple de cet article : « ‘’Wer nicht arbeitet, soll auch nicht essen’’. Zur Sub- und inneren Kolonialgeschichte der Arbeitsgesellschaft ». En Français on pourra également lire de lui, Les "psychopathes" arrivent. Un adieu à l'ère du narcissisme.  

 

D’Orlando à Munich : Amok ou terrorisme ?

par Götz Eisenberg

                                               Car viendra le jour de la grande colère … (Boris Savinkov)
La turbo-radicalisation de Mohamed B ?
Lors de l’amok au camion de Nice, il a été prétendu que l’homme s’est radicalisé en l’espace de quinze jours et s’est transformé en un jihadiste. Depuis huit jours, il s’est laissé pousser la barbe comme signe de sa conversion radicale. Avant, il n’était pas religieux, mangeait du porc et consommait des drogues. Les autorités ne l’avaient pas fiché S, il était connu comme un petit délinquant. Il a ainsi été condamné pour une altercation sur la voie publique. Mohamed B. était marié et avait trois enfants. Sa femme l’avait quitté pour maltraitance et coups répétés et demandé le divorce. Quelle offense pour un macho ! Cela couve des désirs de vengeance. Et c’est à cet endroit qu’entre en jeu l’islamisme radical.
On commence à deviner que la causalité est à l’inverse de celle admise par les autorités. Il n’a pas tué parce qu’il s’est rallié au jihad, il s’est rallié au jihad parce qu’il voulait tuer, parce qu’il ne pouvait plus se supporter dans sa peau. L’homme s’est « radicalisé » pour donner un « sens » à une vengeance nourrie de longue date. Les criminels aussi ont un besoin de justifier leurs actes, à leurs yeux et aux yeux du monde et de leur donner un habillage idéel. Le meurtre sans motif, vide, totalement abstrait, l’ « acte gratuit » dont parle André Gide n’existe pas ou extrêmement rarement. Même les coureurs à l’amok ont entrepris parfois d’inscrire leurs actes dans un ensemble de justifications et de les envelopper d’une couronne d’idées quel qu’ait été dans le détail le caractère abstrus de celles-ci. L’ancêtre des coureurs à l’amok allemands – Ernst AugustWagner – en a rempli des volumes entiers après qu’il ait été interné en asile psychiatrique à la suite de  son crime, en 1913. [J’ai parlé de ce cas ici BU]. Dans ses souvenirs, on trouve cette phrase : « Personne n’a idée du volcan qui couve et bout en moi ».
La société aussi peut plus facilement faire face à des actes qui ont une justification aussi abstruse soit-elle qu’avec des actes qui n’ont aucun sens. Nous avons au regard de crimes brutaux et spectaculaires un fort besoin d’une explication rationnelle et le plus souvent nous sommes satisfaits et apaisés par une explication causale : «  Ah c’était donc ça ! ». Les explications causales promettent remède et soulagement. L’amok conserve encore quelque chose de mystérieux qui résiste à nos tentatives d’explications. La normalité de nos conditions de vie engendre des monstres. Le coureur à l’amok personnifie la face sombre du quotidien, son effroi caché.
Pour les deux côtés l’EI est commode. Il nous offre une explication et transforme l’inconnu menaçant en une chose connue, compréhensible contre laquelle nous pouvons agir, du moins le croyons-nous. L’EI fournit aux velléités criminelles – je les ai appelés les amoks dormants – une codification langagière, elle met à leur disposition le langage de la haine. La haine, ce magma qui bout sous la surface (au sens d’Ernst August Wagner) acquiert une expression par le langage et une direction. Mais la haine était toujours déjà là comme une sorte de bruissement de fond diffus dans une existence endommagée, perturbée, en proie au désespoir. L’EI fournit le libretto pour une mélodie qui depuis longtemps tourne en boucle à l’intérieur du criminel potentiel. L’EI na pas de potion magique qui transforme en une nuit de pauvres gens en meurtriers assoiffés de sang, une sorte de drogue réveillant la conscience que l’on peut utiliser pour la production jihadiste. En général, les coureurs à l’amok ruminent longtemps leurs plans et préparent minutieusement leurs actes. Joachim Gaertner a montré cela de manière détaillée dans son roman documentaire sur les coureurs à l’amok de Littleton paru sous le titre : Je suis plein de haine – et j’aime ça.
L’EI dispose d’un service de propagande qui fonctionne bien, qui s’approprie des attentats sans maître : « aussi longtemps que personne d’autre ne réclame de droits d’auteurs, nous dirons simplement : c’était nous ! De toute façon tout le monde le croit ». Entre temps, les autorités relativisent dans le cas de Nice la thèse de la « turbo-radicalisation » et considèrent que Mohamed B. disposait de complices et avait avec leur aide préparé son crime de longue date. Cela reste un cas limite entre amok et terrorisme.
L’automobile comme arme
Parfois je m’étonne de l’absence de mémoire de ceux que l’on nomme experts, et que l’on trouve maintenant dans les débats télévisés faisant comme si le trajet amok de Nice était quelque chose de nouveau et une invention diabolique de l’EI. Il suffit de jeter un coup d’œil sur une liste bien loin d’être exhaustive de course à l’amok en voiture pour s’apercevoir que l’automobile est depuis longtemps un instrument homicidaire et suicidaire .
[Suit une liste de trois cas, à Berlin en 2006, Regensburg en 2013 et surtout l’attaque contre la famille royale des Pays Bas en 2009 lors de la Fête de la Reine. Il aurait pu ajouter le drame du Marché de Noël de Nantes le 22 décembre 2014, quand Sébastien Sarron lançait sa camionnette dans la foule].
Un nouveau script pour se dépouiller de la haine
De mon point de vue, il s’agit à Nice d’un cas d’amok qui se sert des codages du temps. Il existe manifestement un nouveau script pour se dépouiller de la haine. Il incite les criminels qu’ils aient ou non des antécédents migratoires à se servir d’une codification islamiste et à se déclarer sympathisants de l’EI. Cela produit du « sens » à leurs yeux et leur assure une prise en considération et une attention optimales. On s’écrie en mauvais arabe mal imité que Dieu est grand et déjà on se sent partie d’une fédération mondiale de la haine et l’on se défait de toute autre explication. « Ah bon, c’est un de ceux là », disent les gens et ne se posent plus d’autres questions. Les sociétés touchées sont débarrassées des questions gênantes qui concernent le rapport de tout cela avec les relations sociales. Le capitalisme débridé produit de plus en plus de « perdants radicaux » comme le disait Enzensberger [Référence au livre Le perdant radical / Essai sur les hommes de la terreur de Hans Magnus Enzensberger], des hommes qui, comme surplus du Saint Marché, sont jetés comme des poissons sur le sable. Ils se retrouvent en position marginale, anomique et ruminent leur malheur. Seule une toute petite minorité bénéficie d’un milieu politique capable d’éclairer l’expérience de l’exclusion et de la transformer en combat collectif. C’est pourquoi la majeure partie tombe facilement dans le champ de gravitation de « solutions » radicales, terroristes. Ils frappent aveuglément sur la façade de la société et ses objets déplacés que leur présente l’islamisme radical. Mais même dans ce cas compte le fait que l’islamisme est greffé sur quelque chose de déjà présent de longue date ; l’islamisme est le détonateur d’une bombe déjà en place avant, il allume la mèche.
Paul H. de Grünberg en Hesse s’en est tenu à ce scénario. Au petit matin du 10 mai 2016, il se mit à poignarder sans discernement des passants à la gare de Grafing en Bavière tuant une personne et en blessant gravement trois autres. A Grünberg, Paul H connu comme consommateur de drogue avait déjà attiré l’attention par la tenue de propos délirants. Le dimanche, il avait été placé en observation dans une clinique psychiatrique à Giessen. Le lendemain, les médecins l’ont laissé partir car ils n’avaient pu déceler aucune menace grave pour lui ou pour autrui. Il quitta la clinique, prit le train pour la Bavière. Selon les enquêteurs, il parvint à Munich le lundi soir. Il a traîné dans la gare car il n’avait pas assez d’argent pour payer une chambre d’hôtel. Finalement, il est monté dans le métro aérien jusqu’à Grafing où il perpétra son attaque au couteau. L’homme était au chômage depuis de nombreuses années et vivait de l’aide sociale. Auparavant, il aurait travaillé comme menuisier. Les motivations du criminel qui avait crié « Allahu akbar » pendant l’attaque, reste non éclaircies. On n’a trouvé aucune trace de liens avec un soi-disant État islamique ou une autre organisation terroriste ou extrémiste.
Même le plus marginal et le plus impuissant des hommes, dont la vie va d’échecs en échecs, parvient à une jouissance de pouvoir quand il en blesse ou tue d’autres.. Pour un court instant, le criminel se retrouve de l’autre côté de la peur : pour une fois, ce n’est pas lui qui a peur mais ce sont les autres qui ont peur de lui. Il ressent son pouvoir et transforme l’histoire de ses défaites et rejets en un dernier triomphe sur la vie et la mort des autres.
L’EI comme chiffre.
Il ne faudra pas se laisser abuser par la façade rhétorique. Toute invocation par la parole que ce soit Hitler, Mohammed ou l ‘EI ou qui que ce soit d’autre est en fin de compte du chiffrage. Il s’agit, dans le fond, chez les jeunes hommes – avec ou sans antécédents migratoires – de sortir du néant d’une existence marginalisée et insignifiante et de produire un sentiment d’exister. L’attrait pour ces vies dans l’ombre n’est plus tant constitué par la promesse des 72 vierges qui attendent le martyr dans l’au-delà, mais une immense résonance médiatique et une place dans le Temple de larenommée des malfaiteurs. Il peut en fantasmer à l’avance et en jouir dans la perspective de l’attentat. La résonance médiale est un facteur essentiel de la planification des criminels qui recherchent la notoriété. Le criminel produit l’effroi avec la certitude que les médias le propageront. Ce narcissisme médial est un point commun entre les terroristes occidentaux d’aujourd’hui et les autres jeunes coureurs à l’amok.
S’il est exact que les coureurs à l’amok et les auteurs d’attentats suicidaires sont mus par le désir de sortir de l’insignifiance de leur existence en se mettant sous les feux de la rampe alors ceux qui diffusent les images de l’acte et de son auteur s’en font les complices inconscients. L’écho médiatique des coups de feu et des explosions sont une part essentielle de la planification de l’acte. Le coureur à l’amok/le terroriste mort et ceux à venir font partie d’une fédération de la haine imaginaire et mondiale organisée médialement et se nourrissant d’images. Chaque relation sur la vengeance spectaculaire d’un laissé pour compte peut réveiller des dormants qui, cachés dans la masse anonymes des personnes atteintes de déficits chroniques d’attention, attendent de pouvoir agir avec la garantie que leur acte se fera remarquer. S’il devait être sérieusement question de prévention, il faudrait que les informations concernant de tels massacres soient réduites au minimum concret. Il faudrait avant tout que ne soient pas diffusées d’images de criminels en action avec leur équipement car elles stimulent particulièrement le narcissisme pernicieux de jeunes gens tentés par l’amok ou le terrorisme et les incitent à l’imitation.
Le camouflage d’Omar M.
Ce qui vient d’être dit vaut peu ou prou aussi pour le massacre d’Orlando. Un homme, originaire d’Afghanistan, y a, le 12 juin dernier, tué 49 personnes et blessé en partie très gravement plus de 50 autres. Il a ouvert le feu sur les clients du Club Pulse très fréquenté par les homosexuels. Peu avant le bain de sang, l’homme âgé de 29 ans a appelé la police pour revendiquer son appartenance à « l’Etat islamique ». Il a aussi fait référence aux auteurs de l’attentat contre le marathon de Boston.
Lorsque l’information s’est répandue, les réflexes habituels se sont enclenchés. Derrière ce bain de sang, il ne pouvait y avoir que l ‘EI, ils étaient tous unanimes là-dessus. Les chercheurs en motivation pressés n’étaient pas loin de cette satire dans la quelle une reporter, interrogée le 11 septembre 2001 sur ses auteurs alors que la tragédie venait tout juste d’avoir lieu, répondit : « Al-Qaïda. Tout le reste serait à l’heure actuelle pure spéculation ». Peu de temps après, les enquêteurs ont fait marche arrière et ont fait savoir que Omar M. a, certes, révélé lui-même cette piste par un appel téléphonique dans lequel il se réclame de l’EI mais qu’il n’agissait pas comme missionné par l’EI et qu’il n’était pas non plus membre d’un réseau terroriste. Quel pouvait alors être le motif d’un tel acte ? Il va falloir se confronter avec la possibilité qu’un homme en insécurité personnelle et souffrant d’un sentiment de culpabilité parce que la religion et l’environnement familial ont posé un interdit sur le fait d’être homosexuel ait voulu se libérer par la violence de son dilemme d’identité sexuelle. Le massacre d’Orlando est alors lui aussi à ranger plutôt dans la catégorie des amoks que dans celle du terrorisme à motivation religieuse.
Amok dans le train régional
De semblables questions se sont posées après Würzbourg. Là-aussi il est question de turbo-radicalisation. Un jeune homme passant inaperçu, que les autorités n’ont pas dans leur radar qui contient pourtant tout étranger sur lequel ils ont le moindre petit soupçon, se saisit de couteaux et d’une hache, frappe et poignarde des passagers dans un train. Dans les suicides élargis[l’expression désigne les suicides qui entraînent des tiers dans la mort] aussi, il semble qu’il y ait une sorte d’ effet Werther [référence au roman de Goethe Les souffrances du jeune Werther auquel on attribue à sa parution une vague de suicides], effet bien connu de la recherche sur le suicide. On parle en criminologie de crimes de résonance [ie : d’imitation]. Un amok en appelle d’autres. Dans les périodes d’actes spectaculaires, on trouve régulièrement des actes d’imitation, Copycat crime.Il en était ainsi après Littelton, on pouvait l’observer également après Erfurt. L’auteur du crime dans le train a fait dans sa vidéo explicitement référence à la tragédie de Nice.
Comme d’autres envoient les vidéos de leurs exploits au ballon au Canal Sportstudio [il s’agit d’imaginer les buts les plus insolites, poubelles, arrière d’un camion, etc…, de réussir à y pousser son ballon et d’envoyer le film à l’émission], pour pouvoir participer à l’émission de tir au but, les jeunes gens disposés à l’amok envoient leurs vidéos à l’agence media de l’EI Amaq qui la diffuse quand la menace a été mise à exécution, et revendique ensuite l’action pour l’EI. Et justement dans ce cas se posent questions sur questions. Quelle est la situation d’un jeune qui arrive non accompagné dans le pays comme réfugié ? A-t-il l’Afghanistan dans la tête, dans le corps, dans son âme ? Que ressent-il, qu’espère-t-il, à quoi aspire-t-il ? A-t-il la nostalgie du pays ? Qu’attend-il de la vie et qu’est-ce que la vie attend de lui ? Est-il seul et désespéré ? Il voit toutes ces choses qu’il aimerait bien posséder mais elles sont séparées de lui par des vitrines et d’un prix au-dessus de ses moyens. L’Allemagne lui apparaît comme un pays où il y a tout mais pas pour lui et ses semblables. Les jeunes migrants vivent dans un état de frustration permanente. Ils sont gavés jours après jours d’images de luxe et en même temps on leur refuse les moyens d’acquérir les objets par la voie légale. On peut finalement en arriver à l’idée que l’acte commis dans le train régional est l’expression d’une désespérance et non d’un esprit totalement imprégné par le mal.L’attribution à L’EI pousse les actes commis en son nom ou qui lui sont attribués dans le domaine du démoniaque en le soustrayant ainsi à notre responsabilité. « Ils sont le mal », disons-nous et pouvons continuer à faire comme avant. Du côté des dominants, on se sert de tels actes pour militariser encore davantage la sécurité intérieure.
Dans l’interview avec la TAZ [Tageszeitung, journal de Berlin], on interroge l’expert en Islam et en terrorisme, Guido Steinberg, on lui demande si, dans le cas de Würzburg, il s’agit d’un cas d’amok ou de terrorisme. Il répond :« C’est nous qui en traçons la limite. Mardi matin, la description de l’attaque à Würzburg comme amok était juste. Ce jugement doit être révisé après la vidéo et les aveux.». On peut en déduire que, pour lui, nous avons à faire sans le moindre doute à un cas de terrorisme. Je maintiens : c’est maintenant encore un acte de désespoir de type amok perpétré par un jeune migrant se servant d’un codage dans l’air du temps. Le samedi précédant son acte, il avait été informé de la mort d’un ami en Afghanistan.
Les migrants ou enfants de migrants sont coincés entre deux mondes tout en n’appartenant ni à l’un ni à l’autre. L’absence d’estime et d’attention est pour l’âme ce que la faim est pour l’estomac. L’offre de l’islamisme militant est dans ce cas d’autant plus tentant. Il apaise cette faim, rassemble la colère des jeunes gens, les lie et leur donne une direction – contre la masse des infidèles traités comme ennemis. Les jeunes gens auparavant dépourvus d’identité et déchirés se dotent d’une identité, leur vie a un but et un sens. Les marginaux et les perdants deviennent de jeunes hommes qui s’engagent et qui luttent. La société dominante n’a rien d’équivalent à leur offrir. Qui a préservé un reste de sensibilité sociale ne pourra pas ne pas approuver le constat de l’écrivain et artiste anglais John Berger : « Ce qui fait le terroriste est tout d’abord une certaine forme de désespérance. Ou plus précisément la tentative d’aller au-delà de cette désespérance en engageant sa vie et en donnant ainsi un sens à son désespoir ».
« Suicide by cop »
Dans les deux cas, à Nice et dans sa réduction provinciale Würzburg, il faut aussi prendre en considération la possibilité qu’il s’agisse d’une variante de ce que l’on appelle « suicide by cop »,[suicide par la police]. Les auteurs parvenus dans une situation qui leur paraît sans issue ne portent pas eux-même la main sur eux mais font en sorte de se faire tuer par la police. J’ai souvenir d’un cas du temps de mon travail en prison où un jeune homme qui était dans une grave crise de vie s’est efforcé par deux fois de se faire tuer. Lors de la première tentative, le tireur était trop bon et l’a touché à l’épaule. La seconde fois, il s’était rendu dans un asile de SDF et s’était jeté sur la police, qu’il avait auparavant appelé lui-même, avec un sabre de samouraï. La police n’a pu faire autrement que de le tuer.
Après l’attaque au couteau et à la hache à Würzburg, des reporters se prenant au sérieux ont demandé aux gens s’ils avaient confiance pour monter dans un train. A-t-on posé la même question après qu’il ai été avéré que l’accident de chemin de fer de Bad Aibling qui coûta la vie à 11 personnes en février 2016 était à mettre au compte de l’addiction aux jeux du responsable du poste de contrôle ? Ce dernier a été placé en détention préventive. On lui reproche d’avoir jusque peu avant la collision des deux trains joué en ligne et d’avoir ainsi eu son attention détournée. Combien d’accident sont dus à l’utilisation de téléphones portables et de smartphones. Ne serait-il pas temps d’ouvrir une discussion sur leur utilisation dans l’espace public et en particuliers dans la circulation routière et au travail ? Les intérêts économiques liés à la vente de ses appareils sont trop puissants pour que cela puisse être évoqué ne serait-ce qu’un instant.
Je suis persuadé que ce que l’on entend actuellement sous le vocable «  terrorisme » a pour le moins de grands points communs avec le phénomène amok. Les attaques et attentats actuels sont en fait des courses à l’amok qui se servent du codage pseudo-religieux qui se trouve dans l’air du temps. Une haine sans objet ni direction a depuis quelque temps obtenu un nom et une direction. Le soi-disant terrorisme islamique se développe comme un « modèle de comportements déviants » (Georges Devereux) pour les jeunes migrants décrochés, sans perspective, frustrés. C’est une branche de l’arbre Amok.
[Je résume ici rapidement deux paragraphes. Le premier traite de la figure de l’ennemi. G. Eisenberg s’interroge sur le fonction de l’ennemi extérieur en remplacement des Pays de l’Est après la chute du mur. Cet ennemi est instrumentalisé pour construire un grand Nous dépassant les clivages de classes et partisansLe problème étant justement me semble-t-il que ce nous est factice, dépourvu de consistance, en France comme en Allemagne. Le second paragraphe est intitulé « mobilisation générale ». Il traite de la polémique née des propos d’une députée, Renate Künast, qui se demandait si l’auteur de l’attentat de Würzburg n’aurait pas pu être neutralisé par la police, sous entendu plutôt que tué. G. Eisenberg raconte comment elle fut littéralement sommée de rentrer dans le rang. En Allemagne aussi certains jouent avec les restrictions de l’État de droit et de la démocratie]
Amok à Munich
J’ai passé la moitié de la nuit du vendredi au samedi devant la télévision et j’ai observé comment un acte effrayant est médiatiquement accompagné et mis en scène. La première fois que j’avais été amené à y réfléchir, c’était lors de l’amok d’Erfurt, en 2002, lorsque Johannes B. Kerner au service du ZDF [Télévision publique] avait planté ses tentes à proximité du lieu du crime et le soir même interviewait un garçon de 11 ans comme témoin. [Nous avons eu un cas analogue de comportement scandaleux après la tragédie de Nice, les « dérapages » télévisuels ont une histoire qui se répète]. A cette époque j’écrivais dans mon livre La violence qui vient du froid
Les médias tombés dans la « dictature de l’audience » (Pierre Bourdieu) vivent de sensations comme le massacre d’Erfurt. Il semble que ce soient les sécrétions empoisonnées des médias qui transmettent le « virus amok » à des personnes dont le système immunitaire est fragilisé, ce qui les rend réceptifs à la contamination.
Le flot des nouvelles horrifiantes qui nous submerge quotidiennement a, en plus, pour conséquence une « normalisation de l’horreur » (Herbert Marcuse). Nous avalons sans cesse de telles doses de drames que nous menace la perte de toute capacité à les digérer. Plus une barbarie est visible, plus on nous en présente de répétions, plus vite nous les oublions. Nous consommons de l’horreur comme d’autres de l’alcool. Tout montrer, tout diffuser, tout présenter : c’est le meilleur moyen pour nous immuniser contre le malheur dont parlent les médias et dont ils vivent comme des vampires. Le flot d’informations devient l’ennemi de la vérité, notre capacité de réception et d’assimilation s’effondre devant le rush d’images terribles. Les métastases du cynisme se répandent et menacent notre capacité de résistance et de révolte.
Je n’ai dans le fond rien a ajouter à cela. Tout se répète, à une échelle élargie toutefois, et avec des techniques plus développées. Au lieu de se limiter à de courtes informations concrètes, leTagesschau [Journal télévisé] n’a plus cessé vendredi et est passé sans transition auxTagesthemen [partie magazine plus tardive]. Thomas Roth prit la relève et fouilla à la place de Jens Riewa dans le brouillard des rumeurs et des suppositions. Au rythme de la minute, les mêmes reporters et experts ont été connectés, ils n’avaient rien de nouveau à dire mais satisfaisaient aux besoins voyeuristes. A l’arrière plan, on entendait des sirènes et on voyait des lumières bleues clignotantes. En permanence étaient incrustées les mêmes séquences, les mêmes passants, les mêmes policiers traversaient l’image. Thomas Roth et Georg Mascolo ont tenté à plusieurs reprises de tirer quelqu’ enseignement d’une vidéo privée qui montrait l’auteur présumé sur le toit d’un parking en conversation avec un habitant qui lui criait dessus d’en haut. L’homme sur le toit affirmait être allemand et être né ici pendant que l’habitant de manière stéréotypée insistait sur le fait que c’était « un canaque, un branleur et un trou du cul ».
J’ai suivi avec intérêt le rôle qu’ont joué les réseaux sociaux et les vidéos privées non plus seulement pour les médias mais également pour la police. La population reçoit, dans l’état d’urgence, ses instructions de comportement via twitter et facebook : « restez où vous êtes, ne quittez pas votre domicile ! ». Les réseaux sont un nouveau modèle de guidage des comportements.
Les réseaux sociaux ont permis de lancer de nombreuses fausses informations délibérées qui ont provoqué de la panique dans différents quartiers de la ville et qui ont rendu le travail de la police beaucoup plus difficile. Pour sauver leur honneur, il faut évoquer aussi le fait que des propositions d’aide et des possibilités d’hébergement ont été diffusé par twitter et facebook. Chez moi domine cependant l’impression que les réseaux sociaux usurpent leur qualificatif et se sont avérés dans la nuit tendue de Munich comme un facteur hystérisant et induisant à la panique. Il faudrait discuter pour savoir jusqu’où la police doit utiliser ces médias et leurs producteurs privés et dans quelle mesure elle doit se mettre dans leur dépendance. J’ai remarqué cela pour la première fois avec un certain malaise lors de l’attentat du marathon de Boston lorsque la police a tweeté : «PRIS!!! La chasse est terminée. Les recherches ont aboutis. La terreur est passée. La justice reste ».
Lorsque j’ai éteint, vers minuit, la télévision, on partait encore de l’hypothèse que deux ou trois auteurs présumés étaient en fuite. Des milliers de policiers s’efforçaient de les attraper. L’un des auteurs présumés avait été retrouvé mort dans un parc à proximité du centre commercial Olympia. On avait pu le voir auparavant sur une vidéo privée qui le montrait tirant sur des passants devant une filiale d’une chaîne de restauration rapide.
Je m’étais assez rapidement fixé sur une version qu’on peut résumer ainsi : le 22 juillet, ce vendredi très exactement, était le cinquième anniversaire des massacres perpétrés par Anders Breivik. Le journal télévisé en avait fait un bref rappel depuis la Norvège. Comme je connais la signification quasi magique des anniversaires pour les coureurs à l’amok, je supposais que des gens d’extrême droite avaient organisé un carnage en l’honneur de leur héros. Vers 23 heures, cette hypothèse a aussi été prise en compte dans les débats médiatiques et politiques.
Suicide élargi
[Le suicide élargi désigne la forme de suicide qui entraîne des tiers dans la mort. En français on parle de meurtre-suicide et d’attentat-suicide. Je garde ici l’expression allemande]
Ce matin, lorsque j’ai repris le fil que j’avais quitté vers minuit, et que je me suis à nouveau plongé dans le flot des informations, on y disait que, très probablement, il n’y avait qu’un auteur de l’attentat. Il s’est lui même donné la mort après avoir tué 9 personnes et blessé environ 25 autres dans le centre commercial et après avoir pris la fuite cerné par la police. C’est la fin, qu’on pourrait appeler classique, d’un coureur à l’amok.
Ce que l’on appelle « suicide élargi » – et beaucoup de courses à l’amok ne sont rien d’autre – est une option pour les personnes qui soit sont trop « lâches » ou trop « narcissiques » pour un simple suicide. Le « narcisse » jouit avant l’acte de sa renommée posthume, veut mettre de façon grandiose en scène son départ et entraîner avec lui le monde entier. Le « lâche »  doit, par le meurtre envers d’autres, se mettre dans une situation que ne lui laisse pas d’autre choix que de porter la main sur lui. Ce n’est qu’alors – derrière lui la terre brûlée, des montagnes de cadavres, devant et autour de lui la police, en lui une panique grandissante – qu’il réussit à placer le canon du fusil ou du pistolet dans sa bouche et d’appuyer sur la détente.
Il apparaît faux de dire, comme le bon sens le répète toujours, que le coureur à l’amok se tue parce que, à la fin de sa rage, il prend conscience de ce qu’il a fait et de la culpabilité qu’il ressent. Ses meurtres ne sont pas la causes de son suicide. C’est l’inverse qui est vrai : son suicide, plus précisément son intention de suicide sont la cause des meurtres.
Le présumé auteur [de l’attentat de Munich] dit on dans les milieux de l’enquête est un germano-iranien de 18 ans qui serait venu en Allemagne, il y a deux ans, et qui vivait chez ses parents. On ignore encore ses motivations. On a fouillé son appartement et saisi toute une série de matériel dont on espérait pourvoir tirer des conclusions.
Vers midi, d’autres informations ont été distillées. Le jeune homme souffrait d’état dépressif et avait des difficultés à l’école. Son nom commence à apparaître dans les médias. On a trouvé dans sa chambre le livre Amok dans la tête – pourquoi les écoliers tuent du psychologue américain Peter Langman. Il s’adonnait intensément à des jeux de shoot et s’intéressait à d’autres coureurs à l’amok et à leurs actes. On a trouvé dans sa chambre une grande collection d’articles de journaux sur de précédents cas. Il s’est intensément préoccupé du cas de Winnenden en admirant son auteur. Des relations avec les actes d’Anders Breivik ont également été trouvées. Je n’étais pas si loin avec ma première intuition.
Souvenons-nous : le 11.3. 2009 Tim K. 17 ans est retourné vêtu de noir à son ancien collègeAlbertville-Realschule à Winnenden [dans le Bade Würtemberg] et s’est mis à tirer avec un pistolet appartenant à son père dans plusieurs salles de classe. Il a tué 8 élèves filles, un garçon et trois enseignantes. Après l’arrivée des forces d’intervention, il avait quitté l’école et tué dans sa fuite trois autres personnes. Finalement, il avait été encerclé et pris pour cible sur le parking d’un commerce d’automobiles. Il avait fini par se tuer lui-même. Dans les jours et les semaines suivantes il y eut une multitudes de menaces d’amok d’imitateurs ou de prétentieux. Je me suis amplement intéressé à la fusillade de Winnenden dans mon livre …pour que personne ne m’oublie jamais.
Chez Breivik, il s’agit à mes yeux d’un cas limite entre l’amok et un massacre fasciste. Breivik se veut « un croisé » chevauchant pour « nettoyer l’Europe de l’Islam » et contre le « multiculturalisme ». Le 24 août 2012, Breivik fut reconnu responsable de ses actes et condamné pour le meurtre de 77 personnes à 21 années de prison, prolongeables indéfiniment. De sa prison, il aurait écrit à Beate Zschäpe, une sœur en esprit. [Membre d’un groupe terroriste fasciste, Beate Zschäpe est actuellement jugée pour les meurtres de huit immigrés turcs, d’un Grec et d’une policière allemande entre 2000 et 2007 ]. On trouvera de plus amples information sur Breivik et son procès dans mon livre Entre Amok et Alzheimer.
Peut-être se trouve-t-il aussi dans sa collection des articles sur la course à l’Amok à Espoo en Finlande en 2009. A la Saint Sylvestre, un homme avait tiré dans un centre commercial. Il a tué quatre personnes avant de s’en prendre à lui-même.
Beaucoup de signes de ce qu’on considère dans la recherche pour la prévention comme des signes avant-coureurs, à savoir l’expression d’intention suicidaires ou un profond désespoir, le fait de supporter des attaques incessantes de mobbing [harcèlement] par les camarades de classe ou dans des groupes de pairs, l’échappement dans des mondes virtuels saturés de violence, des allusions apocryphes ou ouvertes sur le fait que bientôt quelque-chose va se passer, l’établissement de « listes de morts », l’héroïsation incessante d’autres coureurs à l’amok et l’appropriation de leur système de signes et de symboles, tout cela semble s’appliquer au cas de David S. à Munich. Le choix privilégié des victimes désigne en général le groupe dont il a le plus eu à souffrir. Parmi les victimes de David S se trouvaient en majorité des jeunes gens de son âge, qu’il avait convié par Facebook à se retrouver le vendredi après-midi au fast-food devant lequel il a tiré sur eux. Pour Robert S., à Erfurt, il y avait parmi les victimes beaucoup d’enseignantes et d’enseignants qui, 6 mois avant les faits, l’avaient exclu de l’école. Tim K. à Winnenden a tiré avant tout sur des camarades de classes et des enseignantes [toutes de sexe féminin] par lesquelles il se sentait rejeté et chahuté. Il avait comme beaucoup de jeunes coureurs à l’amok un problème avec des jeunes filles dont il ne se sentait pas considéré.
Les voisins présentent David S. comme un jeune homme aimable, gentil, effacé. Un voisin dit en allemand approximatif : « c’était un bon gars ». Cela correspond exactement au profil de l’amok parce que cela n’en est pas un, parce qu’il correspond au profil de millions de gens qui passent inaperçus. Cela marque aussi la limite de la prévention. On ne reconnaît rien du futur candidat à l’amok car il est la personnification de l’effacement.
« Individu psychiquement perturbé » ou « terroriste à motivations religieuses ».
On peut partir de l’idée qu’il n’y a pas de motif politique ou religieux et que David S. a agi de son propre chef et sans le soutien d’autres. L’acte ne relève donc pas comme les experts en en spéculé toute la soirée de la catégorie « terrorisme ». On pouvait presque percevoir comme une sorte de soulagement d’apprendre qu’il s’agissait « seulement » d’un cas d’amok. Une passante interviewée a habillé ce soulagement par ces mots : « Je suis contente que l’état islamique ne soit pas encore ici aussi ».
Dans le discours officiel, on distingue depuis peu deux catégories : « l’individu psychiquement perturbé » ou le « terroriste à motivations religieuses ». On semble se mettre d’accord sur le fait que le cas de Munich relève de la première.
Pourquoi cette catégorisation s’est-elle imposée ? Dans les deux cas, la société dont est issu le criminel et dont il est le produit peut se dégager de toute responsabilité. L’homme est fou ou il agit pour le compte de l’EI, incarnation contemporaine du « Mal ». Plus les criminels sont l’ensemble de leurs (et de nos) rapports sociaux, plus véhémentement l’opinion gérée médiatiquement rejette ces relations loin d’elle et considère la violence comme venant d’une autre planète. Bernhard Vogel [Ministre-Président de Thüringe au moment des faits, en 2002] avait, après le crime d’Erfurt, parlé de « calamité tombée du ciel». Le massacre au Lycée Gutenberg serait donc comme le tremblement de terre de Lisbonne. On ne peut rien contre cela à part prier et faire confiance à Dieu.
J’ai tenté dans le cas d’Andres L. qui, il y a un an, dans les Alpes, avait crashé un avion et a entraîné dans sa mort 149 personnes, de montrer que les « troubles psychiques » comme les dépressions ont leur indexation historique et sociale et qu’ils ne sont en rien exclusivement privés et dus au hasard. J’ai rangé son acte dans la catégorie d’un amok qui s’est servi d’un avion pour la réalisation de ses intentions meurtrières et suicidaires. [J’en ai parlé ici BU]. Mes remarques à ce sujet et sur la relation entre dépression et agression, vous les trouverez dans mon livre qui vient de paraître : Entre rage au travail et peur d’être envahi par les étrangers. Davis S. aussi comme nous l’avons déjà vu devait montrer des traits dépressifs. C’est pour cette raison à laquelle s’ajoutait qu’il souffrait de phobie sociale qu’il se trouvait en traitement psychiatrique, entendait-on dans les cercles de l’enquête.
L’Etat vit de la confiance de ses citoyens qu’il leur assure la sécurité et la protection devant les dangers de toute sorte. Comme il n’y a contre le phénomène de course à l’amok pratiquement pas de possibilité de prévention, l’Etat doit faire comme s’il y en avait. Pour restabiliser la loyauté et la cordialité des citoyens, on leur sert les palliatifs habituels sortis de la pharmacie familiale de politique sécuritaire : on durcit un petit peu la législation sur les armes, on amende telle ou telle loi ; on discute un moment nerveusement du rôle des jeux de tirs en vue subjective [Doom-like], on poursuit l’armement de la police et on installe encore plus de caméras de surveillance. L’État et la société acceptent ce que cela coûte de laisser en l’état les causes de la violence et de combattre leurs effets avec des moyens techniques et répressifs.
Celui qui veut vraiment aborder la question de la prévention doit se poser la question : quels sont les types d’attitudes humaines qui se développent dans un climat social donné et quels sont ceux qui dépérissent. Le néolibéralisme a, comme sous une serre, fait pousser une atmosphère de concurrence et favorisé la formation d’une « culture de la haine »( Eric J. Hobsbawn). Les capacités d’empathie, d’entraide et de solidarité se dessèchent parce qu’elles n’obtiennent plus de soutien des relations sociales et apparaissent comme des obstacles à la carrière. Les hommes sont systématiquement poussés les uns contre les autres au lieu de se serrer les coudes et de se défendre contre les conditions insupportables. Les agressions s’accumulent aux marges de la conscience, l’intensité des peurs et de la folie croît, une atmosphère d’irritation se répand. Il n’y a pas à s’étonner qu’amok et la terreur imprègne la physionomie criminelle de l’ère néolibérale.
Post-scriptum
Lorsque j’ai relu une dernière fois ce texte dimanche soir, j’ai entendu d’une oreille les informations selon lesquelles un homme a frappé autour de lui avec une machette dans le centre ville de Reutlingen. Il a tué une femme et blessé deux autres personnes. Le criminel a pu être maîtrisé et arrêté. Il s’agirait d’un demandeur d’asile syrien. Ses motifs seraient d’ordre privés, dit-on. On fait l’hypothèse d’un crime relationnel.
Lundi matin nous est parvenue la nouvelle information effrayante. A Ansbach, en Bavière, un demandeur d’asile de Syrie à qui on a refusé le droit de rester s’est fait sauter à l’entrée d’un festival de musique. Douze personnes ont été blessées, dont trois grièvement. L’homme aurait été connu de la police, les circonstances de l’acte ne sont pas encore établies. Le ministre de l’intérieur de Bavière considère comme probable qu’il s’agit d’un attentat suicidaire islamiste. « Mon appréciation personnelle est que je considère comme très probable qu’ici a été commis un authentique attentat-suicide islamiste », a-t-il dit au x premières heures de la matinée de lundi.»
Götz Eisenberg 
mis en ligne lundi 25 juillet à 9h 05
(Traduction Bernard Umbrecht)
Pour accéder au texte original en allemand

Tag(s) : #L'actualité au prisme de la critique de la valeur

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :