Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'anticapitalisme tronqué 

Un altercapitalisme sans émancipation et tendanciellement confusionniste

 

Emission radio avec Johannes Vogele

 

« Une société qui a renoncé à vouloir traquer ses propres secrets est condamnée à organiser des chasses aux sorcières »

Robert Kurz

Une émission d'analyse critique de l'anticapitalisme tronqué, de l'altercapitalisme de gauche, confusionniste comme d'extrême-droite, et de leurs programmes respectifs, avec une mise en évidence de leur seule critique de la finance et de la mondialisation au nom du capitalisme « producteur de valeur », de l'Etat et de la nation, accompagné d'un rappel du caractère prétendument « anticapitaliste » du nazisme. 

Johannes Vogele, chanteur du groupe Ioanes Trio puis de Quintète Métèque, participe depuis plusieurs années au courant de la critique de la valeur-dissociation par des articles et des traductions en France et en Allemagne.

Ecouter et télécharger l'émission

Quelques citations 

« Quand un grand ratage a eu lieu, la faute en incombe, dans la plupart des cas, non pas à la chose même mais aux personnes. Jamais ce ne sont des objectifs hybrides, des rapports sociaux destructeurs ou des structures contradictoires que l’on tient pour responsables, mais toujours le manque de volonté des sujets, leur incapacité, voire leur mauvaise volonté. » (Robert Kurz, Avis aux naufragés)

« Ce qui est ressenti comme capitaliste, ce ne sont que les formes du capital financier privé, des banques d’investissement, des hedge funds, etc. De même que s’effondre l’économie de bulles financières, adorée hier encore, les monades qui vivent à crédit en appellent à l’Etat pour qu’il sauve leur ‘‘ peau de crédit ’’ et qu’elles continuent à vivre leur existence capitaliste devenue précaire. A la place du système de crédit privé doit se substituer la dette publique, que l’on rêve illimité » (Robert Kurz, Vies et mort du capitalisme, Lignes, 2011, p. 147). 

« Ce qui ‘‘ s’effondre ’’ à travers les formes d’évolution de la crise, c’est la capacité du capital à se reproduire socialement. Mais ce qui ne s’écroule pas de soi-même, ce sont les formes de conscience constituées par le capital ou ‘‘ formes objectives de pensée ’’ (Marx). Dans la mesure où la limite historique du capitalisme est atteinte, on voit naître une très forte tension entre l’absence de possibilité de poursuivre la valorisation réelle et la conscience générale qui a intériorisé les conditions d’existence capitalistes et qui ne peut (ou ne veut) s’imaginer autre chose que de vivre dans ces formes. Notre tâche, difficile, c’est de dissoudre cette tension dans le processus de résistance à la gestion de la crise, si nous ne voulons pas que le capitalisme s’achève par une catastrophe mondiale » (Robert Kurz, Vies et mort du capitalisme, p. 94).

On pourra lire de Johannes : 

- Essai d'une (auto)critique de la gauche politique, économique et alternative

- Le côté obscur du capital. Masculinité et féminité comme piliers de la modernité

Sur la thématique de l'anticapitalisme tronqué on pourra voir : 

- Tous contre la finance ? (Anselm Jappe)

- Le vilain spéculateur (Robert Kurz)

- Changer de cheval (Anselm Jappe)

- De quelques faux amis (Anselm Jappe)

- L'anticapitalisme est-il toujours de gauche ? (Anselm Jappe)

- Populisme hystérique. Confusion des sentiments bourgeois et chasse aux boucs émissaires (Robert Kurz)

La rage de la classe moyenne (Karl-Heinz Lewed - Krisis)

Dossier critique sur le marxisme traditionnel

- Dossier critique sur l'altercapitaliste Bernard Friot

- Dossier critique sur l'altercapitaliste rouge-brun Etienne Chouard 

- Dossier Recensions critiques d'Imperium de l'altercapitaliste Frédéric Lordon

- Dossier Merci Ruffin ! Les citoyennistes-confusionnistes de Nuit Debout (Les Enragés antifa)

- Frédéric Lordon au Chiapas (Jérôme Baschet)

- Le spéculateur déchaîné. Taxe Tobin et nationalisme keynésien : une mixture indigeste (Ernst Lohoff)

- Pour en finir avec le concept de peuple (Paul Braun)

- L'avenir d'une illusion : l'identité nationale (Gérard Briche)

- L'antisémitisme moderne et le capitalisme : de Drumont à Alain Soral

- Pourquoi étudier la Shoah aujourd'hui ? (Paul Braun)

- Le sionisme, l'antisémitisme et la gauche (entretien avec Moishe Postone - traduction par Stéphane Besson)

- Antisémitisme et national socialisme (Moishe Postone) - Nous signalons tout de même que les traducteurs Luc Mercier et Olivier Galtier ont revu la traduction de cet article dans Moishe Postone, Critique du fétiche capital. Le capitalisme, l'antisémitisme et la gauche, PUF, 2013. 

Nous recommandons également et tout particulièrement la lecture dans cet ouvrage de Moishe Postone de deux articles importants : 

- « Histoire et impuissances. Mobilisations de masse et formes contemporaines d'anticapitalisme »

- « Les antinomies de la modernité capitaliste. Réflexions sur l'histoire, la Shoah et la gauche »

- Déchets parmi les déchets. Les Roms et nous (Roswitha Scholz)

- Benedict Anderson, L'imaginaire national : réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, La découverte, poche, 2006. 

- Eric Hobsbawm, L'invention des traditions, Editions Amsterdam, 2006. 

- Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XIXe siècle, Seuil, poche, 2001. 

- Ernst Lohoff & Norbert Trenkle, La Grande dévalorisation. Pourquoi la spéculation et la dette de l'Etat ne sont pas les causes de la crise, Post-éditions, 2014. 

- Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale. Une réinterprétation de la théorie critique de Marx, Mille et une nuits, 2009 (traduction par Luc Mercier et Olivier Galtier). 

Tag(s) : #Radio-Vidéos sur la critique de la valeur

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :