Rencontres et Débats...

Février 2015  Paris : Reprise du séminaire d'Anselm Jappe sur " Les Aventures du sujet : société marchande et narcissisme " au Collège international de Philosophie à Paris (plus d'infos prochainement) 

- Le Livre noir du capitalisme de R. Kurz, un résumé très complet en allemand : voir ici.

- Réédition en 2013 de l'ouvrage de R. Kurz, Lire Marx. Textes de Karl Marx choisis et commentés par Robert Kurz (même si la traduction n'est pas toujours très bonne) : éditions La Balustrade voir ici.

- Une collection de traductions sur la critique de la valeur dans de nombreuses langues sur le site Exit-Brésildont notamment de nombreux textes de R. Kurz (1943-2012) en Allemand, Portugais, Espagnol, Italien, Anglais, Turc, Russe, etc.  

 

Logo Bibliographie

1livres-anciens-buecher

  Pour une commande d'une version papier du numéro 4 de la revue « Sortir de l'économie » (266 p.) voir ici

Couverture stéphane

Qu'est-ce que la wertkritik ?

Avec d'une part le travail magistral de Moishe Postone, et d'autre part les groupes allemands et autrichiens comme Krisis, Exit, Streifzüge avec des théoriciens comme Robert Kurz, Roswitha Scholz, Norbert Trenkle, Anselm Jappe, Gérard Briche, Ernst Lohoff, et plusieurs autres auteurs, de nouvelles lectures de l'oeuvre de la maturité de Marx sont apparues durant les deux dernières décennies. La relecture opérée par Robert Kurz (1943-2012), principal théoricien de la « critique de valeur » (wertkritik) ou encore appelée théorie critique de la « dissociation-valeur », a cherché avec Marx mais aussi au-delà de Marx, à renouveler les fondements de la théorie critique de l'économie politique au XXIe siècle.

A la différence des lectures traditionnelles de Marx avec lesquelles elle rompt, cette nouvelle critique s'est en grande partie faite remarquée pour avoir articulé une approche théorique qui porte une attention particulière au caractère fétichiste de la production de marchandises, à la dimension abstraite de tout travail (le travail abstrait), à la distinction entre valeur et richesse matérielle et à la nature du capital comme « sujet automate » (la formule est de Marx lui-même). Le capitalisme est ici interprété comme une forme historique de fétichisme. Ainsi, à la différence des marxismes traditionnels, les sujets principaux du capitalisme ne sont ni le prolétariat, ni la bourgeoisie, mais plutôt le fétiche-capital lui-même (la valeur qui s'autovalorise) que paradoxalement nous ne cessons de constituer au quotidien au travers de nos rapports sociaux. Un des points centraux de ce nouveau travail théorique a été de développer une critique du capitalisme qui ne s'arrête pas au niveau des antagonismes de classes sociologiques, à la question des rapports de distribution et de propriété privée des moyens de production. La classe capitaliste gère un processus de production de marchandises à son propre profit, mais n'en est pas l'auteur ni le maître. Travailleurs et capitalistes ne sont que les fonctionnaires d'un processus fétichiste qui à la fois les dépasse et ne cesse d'être constitué par eux. La lutte des classes si elle existe bel et bien, en affirmant positivement le travail et le point de vue de la classe prolétaire, n'est en réalité qu'une lutte d'intérêts toujours constitués à l'intérieur des formes de vie et de socialisation capitalistes.  

Ainsi à l'inverse de l'anticapitalisme tronqué, la critique de la valeur ose enfin critiquer le système dans sa totalité, et d'abord critiquer pour la première fois son principe de synthèse sociale, le travail en tant que tel, dans ses deux dimensions concrète et abstraite, comme activité socialement médiatisante et historiquement spécifique au seul capitalisme, et non comme simple activité instrumentale, naturelle et transhistorique, comme si le travail était l'essence générique de l'homme qui serait captée extérieurement par le capital. Comme si encore le travail n'était que l'activité transhistorique du métabolisme entre l'homme et la nature. L'économie est une réalité sociale qui émerge et existe comme telle que dans les sociétés capitalistes à partir des XIVe et XVe siècles. C'est le double caractère du travail et non le marché, le rapport social de domination d'une classe sur une autre et la propriété privée des moyens de production, qui constitue le noyau du capitalisme. Dans la société capitaliste seulement, le travail abstrait se représente dans la valeur, la valeur est l'objectivation d'un lien social aliéné, elle est donc historiquement spécifique qu'à la seule formation sociale capitaliste. Dans cette compréhension encore, la valeur n'est pas limitée à la seule « sphère économique », mais impose sa structure à toute la société, elle est une forme sociale de vie et de socialisation, un « fait social total ». La valeur d'échange d'une marchandise n'est que l'expression, la forme visible, de la valeur « invisible ». 

Un mouvement d'émancipation du fétichisme de la valeur, ne peut plus critiquer ce monde à partir du point de vue du travail. Il ne s'agit donc plus de libérer le travail du capital, mais de se libérer du travail en tant que tel, non pas en faisant travailler les machines à la place car le mode industriel de production est intrinsèquement capitaliste (la technologie n'est pas neutre), mais en abolissant une activité posée au centre de la vie comme socialement médiatisante. Cependant la critique radicale n'a pas à fournir en pièce jointe, un mode d'emploi pour une organisation alternative de l’emploi de la vie. Elle développe une explication possible du monde présent, des souffrances réelles de nos propres vies et des exigences sociales qui leurs sont imposées, mais elle ne constitue pas un mode d'emploi expliquant comment construire correctement une « société idéale ». La critique de la dissociation-valeur dénaturalise toute forme d'économie, et c'est là déjà une forme de pratique radicale. Le seul critère proposé par la wertkritik, c'est qu'aucun medium fétichiste (comme aujourd'hui le travail) ne s'interpose désormais entre les individus sociaux et entre les individus sociaux et le monde. Et comme cela n'a jamais existé, un monde au-delà des divers fétichismes sociaux reste à inventer. Mais il n’y a pas de compromis possible avec l’économie, c’est-à-dire avec le travail comme forme capitaliste du métabolisme avec la nature, et comme médiation sociale entre les humains. Redistribuer les richesses capitalistes comme le préconisent les économistes de gauche à la sauce néo-keynésienne, ce n'est pas s'opposer à la forme de vie sociale capitaliste. De plus, on ne peut privilégier à côté de l'économique, d'autres dimensions (le don, l'entraide, le care, etc.) qui pourraient exister parallèlement, car la valeur est une forme sociale totale fétichiste qui envahit tout : il faut sortir carrément de l’économie en inventant d’autres formes de médiation sociale entre nous, que celles du travail, de la marchandise, de l’argent, du capital et de l'Etat. 

D'autres points forts de ce nouveau travail théorique a été de fournir une structure qui permette de comprendre le processus de crise économique qui a commencé dans les années 1970 et dont les considérables effets actuels sont souvent compris comme une simple « crise financière », ou encore un autre apport a été l'élaboration d'une théorie socio-historique de la connaissance et de la subjectivité qui rompt avec l'épistémologisme contemporain, tout en permettant de comprendre autrement l'antisémitisme, le racisme, la politique, l'Etat, le droit, la domination patriarcale, etc. Pour faire plus ample connaissance avec ce nouveau travail théorique rompant avec le marxisme, on pourra aller voir dans la partie " présentation de la wertkritik 

Du côté de l'histoire

Le-goff.jpg

9782849501764FSarton11



Le mouvement ouvrier : un mouvement pour le travail « Le travail doit tout régenter, Seul l’oisif sera esclave, Le travail doit régenter le monde, Car le monde n’existe que pour lui. » Friedrich STAMPFER, L’Honneur du travail, 1903 Le mouvement ouvrier classique, qui n’a connu son apogée que longtemps après le déclin des anciennes révoltes sociales, ne luttait plus contre le travail et ses scandaleuses exigences, mais développait presque une sur-identification avec ce qui paraissait inévitable. Il n’aspirait plus qu’à des « droits » et à des améliorations dans le cadre de la société de travail dont il avait déjà largement intériorisé les contraintes. Au lieu de critiquer radicalement la transformation de l’énergie humaine en argent en tant que fin en soi irrationnelle, il a lui-même adopté le « point de vue du travail » et a conçu la valorisation comme un fait positif. Ainsi le mouvement ouvrier a-t-il hérité à sa façon de […]

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


Dans ce texte écrit au cours de l’été 2008, il ne sera pas question de l’ « affaire des neuf de Tarnac », de leur paradoxale défense et de la propagande qui a voulu faire croire à la résurgence d’un supposé « terrorisme » qualifié d’« ultra-gauche » ou d’« anarcho-autonome » [1], par l’Etat. Ce texte comprend surtout la critique de tous les soubassements philosophiques et pseudo-théoriques des différents écrits de la mouvance autour de « Tiqqun » (tomes 1 et 2), « L'Appel », « L'insurrection qui vient », « Ruptures », Kamo et le dernier en date « A nos amis » (La Fabrique, 2014) qui n'est que l'éternelle répétition des mêmes présupposés. Ce texte comprend 4 parties : - Remontrance et incantation d'une nouvelle « conscience de soi » - Esprit es-tu là ? Théorie de la commune, de la libération et du retour de l'être - Communes pour l'insurrection : la question de la fascination pour le désastre et la violence - La catastrophe comme […]

Voir les 0 commentaires


Autopsie d'un cadavre alter-capitaliste : Le marxisme traditionnel « La ‘‘critique de l’économie politique ’’ de Marx n’est pas seulement une critique des doctrines économiques bourgeoises, mais constitue également une critique de l’existence de l’‘‘économie’’ en tant que telle. Nulle part chez Marx le mot ‘‘économie’’ ne revêt une signification positive, nulle part il qualifie sa théorie de ‘‘doctrine économique’’ ou de quelque chose de ce genre » Anselm Jappe, « Les Aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur », Denoël, 2003, p. 213. *** « La vision tronquée que le marxisme traditionnel avait de ce contexte systémique [propre au capitalisme] consistait en ce qu’il critiquait la ‘‘survaleur’’ dans un sens purement superficiel et sociologique, à savoir au sens de son ‘‘appropriation’’ par la ‘‘classe capitaliste’’. Ce n’était pas la forme de la valeur fonctionnant en boucle et de façon fétichiste qui était […]

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


Graffiti antisémite en Belgique en 2013 Le sionisme, l’antisémitisme et la gauche *** Entretien avec Moishe Postone L'entretien qui suit a été publié dans le journal britannique « Solidarity » en 2010. Cette traduction réalisée par Stéphane Besson est inédite (annule et remplace la précédente traduction parue sur ce même site). Moishe Postone est notamment l'auteur de « Critique du fétiche-capital. Le capitalisme, l'antisémitisme et la gauche » (PUF, 2013) et de son maître-ouvrage « Temps, travail et domination sociale. Une réinterprétation de la théorie critique de Marx » (Mille et une nuits, 2009). Voir le Fichier : Le_sionisme_lantisemitisme_et_la_gauche_Moishe_Postone.pdf Martin Thomas : Aux yeux de beaucoup de gens de gauche aujourd’hui, l’antisémitisme apparaît simplement comme une forme de racisme, inacceptable certes mais pour le moment plutôt marginale et qui n’intervient ostensiblement dans le débat public que parce que […]

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


Débats, rencontres et conférences autour de la critique de la dissociation-valeur - France - Novembre & Décembre 2014 22 novembre 2014 Paris : Conférence d'Anselm Jappe, « Robert Kurz et Moishe Postone lecteurs de Marx », à 12h, à Paris à la Sorbonne - Salle F673, Escalier G2, Premier étage. 25 novembre 2014 Montpellier : Rencontre et débat avec Paul Braun et Clément Homs autour du livre « La Grande dévalorisation. Pourquoi la spéculation et la dette de l'Etat ne sont pas les causes de la crise » d'Ernst Lohoff et Norbert Trenkle, à 20h, au salon du belvédère au Corum à Montpellier. 26 novembre 2014 Paris : Colloque « Jean Baudrillard. L'expérience de la singularité » (université Ouest-Nanterre La défense, Salle des conférences, bâtiment B). - Conférence de Gérard Briche « La sociologie imaginaire de Jean Baudrillard » - Conférence d'Anselm Jappe, « Entre ''société de consommation'' et ''société du spectacle''. Considérations sur […]

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


Simone de Beauvoir aujourd'hui * Roswitha Scholz Parution en octobre 2014, d'un article de Roswitha Scholz sous la forme d'un petit ouvrage chez la maison d'édition Le Bord de l'eau (traduit de l'allemand par Stéphane Besson). Quatrième de couverture : L’ouvrage, « Simone de Beauvoir aujourd’hui », constitue le premier ouvrage traduit et publié en français de l’allemande Roswitha Scholz, figure de proue de la critique de la valeur. Au sein de ce mouvement critique, Scholz a développé à travers de nombreux ouvrages, le concept de dissociation/valeur permettant de penser la domination particulière des femmes au sein du capitalisme comme une domination liée à la forme marchandise. À cet égard, Roswitha Scholz occupe une place singulière dans le paysage féministe puisqu’elle rejette tour à tour les postures du féminisme différentialiste incarnées notamment par Luce Irigaray, du féminisme matérialiste de Christine Delphy et encore des […]

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


L’Europe est une idée Gérard Briche* Les événements qu’a vécus l’Ukraine au début de 2014 ont pour conséquence qu’on ne peut pas, qu’on ne peut plus de parler de l’« Europe » comme d’une évidence. L’Ukraine fait-elle partie de l’Europe ? Cette question n’a en réalité guère de sens. Elle ressemble à la question : la Turquie fait-elle partie de l’Europe ? qui suggère, de manière fallacieuse, que l’« Europe » est une entité qui existe et dont on fait partie… ou non. Rappelons que la Grande Grèce, à l’époque de Platon, s’étendait sur de bien plus vastes territoires que la Grèce d’aujourd’hui. Elle incluait, entre autres, les côtes de ce qu’on appelle aujourd’hui la Turquie, ce qui fait d’ailleurs que bien des Grecs célèbres seraient aujourd’hui assez peu grecs : ne parlons même pas de la ville de Troie, mais évoquons par exemple le nom du célèbre Thalès. Thalès : un Turc ? mais vous n’y pensez pas !… Bien des hommes politiques se […]

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


Ci-dessous, la traduction par Stéphane Besson d'un article de 2014 de Thomasz Konicz, un proche collaborateur de la revue allemande Exit !, fondée en 2004 par Robert Kurz, Roswitha Scholz, Claus Peter Ortlieb et leurs compagnons. Cet article fait écho à la théorie « wertkritisch » de la crise du capitalisme [1] (une crise qui se phénoménalise spatialement entre des ilôts capitalistes de relative prospérité grâce à la perfusion provisoire du capital fictif, et des périphéries effondrées devenues inutiles car non rentables pour le capital et où guerres civiles, épidémies, trafics, barbarisation, etc. prennent place suite à l'échec de l'idéologie de la modernisation de rattrapage) et aux thèses formulées par R. Kurz dans son livre « Guerre d'ordre mondial. La Fin de la souveraineté et les transformations de l'impérialisme à l'époque de la mondialisation » paru en 2003 (non-traduit en Français). On trouvera une présentation des […]

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


L’avenir d'une illusion : l'identité nationale * Gérard Briche Les élections européennes récentes et l’arrogance du Front National ont rendu plus sensible à quel point la droite extrême est remarquablement visible depuis quelque temps. On l’observe à quelques phénomènes, dont certains, pour déplorables qu’ils soient, restent anecdotiques. Je voudrais pour ma part en relever deux. D’une part, un regain de l’antisémitisme, et d’autre part, une volonté de repli sur la dimension nationale de l’existence collective, qui se manifeste par ce qu’on appelle le « souverainisme ». Sans doute ces manifestations ne suscitent-elles pas toutes le même degré de haut-le-coeur. Les « eurosceptiques » de gauche ou de droite n’ont pas non plus tous la visibilité d’un provocateur négationniste comme Dieudonné, ou la douteuse notoriété d’un Alain Soral qui, pour les délires approximatifs de son antisémitisme, parvient à ce qu’on le qualifie d’« […]

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


Résumés des articles du numéro 12 de la revue « Exit ! Crise et critique de la société marchande » (novembre 2014) Fondé en 2004 autour de Robert Kurz (1943-2012), Roswitha Scholz et Claus Peter Ortleib, suite à une scission au sein du groupe-revue « Krisis », « Exit ! » est une revue de langue allemande qui a pour projet de refonder une critique de l'économie politique pour le XXIe siècle, sous les traits de la « critique de la dissociation-valeur » (Wert-abspaltungskritik). Le numéro 12 sortira en Allemagne en novembre 2014. Sommaire : - « A propos de l'androcentrisme de la raison caractérisant les dominateurs de la nature », par Johannes Bareuther - « La lutte pour la vérité », par Robert Kurz - « Salut le fétichisme ! », par Roswitha Scholz - « Critique de la forme et de l'idéologie dans les premiers systèmes hégéliens (II) », par Daniel Späth - « Après Postone », par Roswitha Scholz A PROPOS DE L’ANDROCENTRISME DE LA RAISON […]

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


Du crépuscule de la pensée à la catastrophe. Théorie critique de la crise - vol.2 La revue « Illusio » fait paraître le deuxième volume de la copieuse et bienvenue trilogie « Théorie critique de la crise : du crépuscule de la pensée à la catastrophe » (n°12/13, sortie le 14 octobre 2014, éditions Le Bord de l'eau). Parmi de nombreux articles intéressants, il comprendra notamment cinq articles tournant autour de la wertkritik/wertabspaltungs-kritik : - Robert Kurz, « L'industrie culturelle au XXIe siècle. De l'actualité du concept d'Adorno et Horkheimer » (traduction de l'allemand par Wolfgang Kukulies). Cet article est paru dans « Exit ! », n°8. Les sous-parties de cet article : De la pseudocritique cultivée au culte postmoderne de la superficialité Critique de la culture élitiste ou émancipatrice ? Réductionnisme technologique La publicité comme perception culturelle du monde et perception de soi La continuation du travail […]

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


Anselm Jappe fait paraitre ce mois-ci dans le n°59 de la revue « Cités » (PUF), un article (pp. 103-114) : « Révolution contre le travail ? La critique de la valeur et le dépassement du capitalisme » Les premières lignes : « L'idée de révolution semble s'être dissoute dans l'air, de même que toute critique radicale du capitalisme. Bien sûr, on admet généralement qu'il y aurait de nombreux détails à changer dans l'ordre du monde. Mais sortir du capitalisme tout court ? Et pour le remplacer par quoi ? Qui pose cette question risque de passer soit pour un nostalgique des totalitarismes du passé, soit pour un rêveur naïf. Cependant, il ne manque pas de théories critiques qui se proposent de mettre à nu le caractère destructeur, et en même temps, historiquement limité, du capitalisme, et cela dans ses structures de base même. Une telle entreprise de critique fondamentale est menée depuis 1987 par le courant international de la critique […]

Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires


Parution du recueil « La tyrannie de la valeur. Débat pour le renouvellement de la théorie critique » (écosociété, 2014), ouvrage dirigé par Eric Martin et Maxime Ouellet. La publication d'un livre qui traite sérieusement la critique de la valeur est toujours bienvenue. Il faut cependant observer qu'un seul des contributeurs à ce volume (Anselm Jappe) est lié depuis longtemps au courant de la critique de la valeur. Les autres ne parlent qu'en leur nom. Le lecteur attentif remarquera de lui-même que certains auteurs soutiennent même des opinions contraires à des éléments essentiels de la critique de la valeur. Si le débat est toujours souhaitable, il faut que le lecteur garde à l’esprit la différence entre une discussion SUR la critique de la valeur et une présentation de ses thèses. Anselm Jappe Présentation des éditeurs : La crise financière de 2008, si elle n'a pas fondamentalement changé les règles du jeu, aura néanmoins permis […]

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


1 Les réflexions de la critique de la valeur à un niveau nécessairement très abstrait (cela n'aura échappé à personne) quand il s'agit de réfléchir sur les niveaux non directement apparents de la substance du capital et de son auto-contradiction interne, s'incarnent ensuite sous la forme de chroniques de la crise au quotidien pour ce qui est de l'analyse des formes phénoménales de la crise du capital, quand en suivant la méthode dialectique de Marx on remonte de l'abstrait au concret de pensée (et de nombreuses chroniques de presse de Robert Kurz par exemple ont été publiées en Français, notamment dans les recueils « Avis aux naufragés », Lignes, 2005 et « Vies et mort du capitalisme », Lignes, 2011). Ci-dessous un article de Claus Peter Ortlieb, mathématicien à Hambourg et collaborateur d'Exit !, une des principales revues allemandes portant sur la critique de la valeur. Cet article de presse se place donc au niveau phénoménal de […]

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


Alfred Sohn-Rethel, la critique de la valeur et le concept de « synthèse sociale » Le concept de « synthèse sociale » est important dans toutes les contributions autour de la critique de la dissociation-valeur (Wert-abspaltungskritik). Il est notamment forgé par le philosophe allemand Alfred Sohn-Rethel (1899-1990), un proche de la première génération de l’Ecole de Francfort notamment de Theodor W. Adorno. Cependant, si le concept mérite d'être introduit dans une construction théorique qui cherche à rendre compte des différentes formes de rapports sociaux capitalistes, Sohn-Rethel se trompe sur ce qui est le principe de constitution [1] de cette synthèse sociale comme le montre Anselm Jappe dans sa préface dense et importante à l'ouvrage « La Pensée-marchandise » (Le Croquant, 2011). Qu'est-ce qui est au coeur de la synthèse sociale capitaliste ? Comme pour de nombreux auteurs marxistes qui ne thématisent pas correctement la […]

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

  • : Ensemble de textes portant sur la critique de la valeur (Wertkritik), autour de Robert Kurz, Anselm Jappe, Roswitha Scholz, Norbert Trenkle, Ernst Lohoff, Claus Peter Ortlieb, Moishe Postone, Gérard Briche, Karl Marx, et des revues allemandes Krisis, Exit ! et Sortir de l'économie. La salle des machines de Palim Psao ne se rattache pas à tel ou tel comité de rédaction, et constitue simplement un portail francophone qui accueille différentes sensibilités de ce courant.
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Sommaire

Sur la critique de la valeur

    La grande dévalorisation Lohoff et Trenkle Post-édition

Marxim and critique of value

recto Sde  

morris-et-le-travail.JPG

postone critique du fétiche      

Sexe capitalisme et critique de la valeur

Kurz-lire-marx0020.jpg

Kurz vies et mort du capitalisme

COUV JAPPE Credit a mort 2

Aventures_de_la_marchandise.gif

Kurz-Critique-de-la-d-0019.jpg

Kurz-avis-aux-naufrag-s.jpg

Postone-Marx.jpg

livre-postone.jpg

Geld ohne Wert cover

grundrisse

8365g

05225725Z.jpg

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés